Les grandes écoles par la petite porte

Intégrer une grande école sans passer par une classe préparatoire, c'est possible et c'est même un choix plébiscité par de plus en plus d'étudiants. Le point avec Sandrine Chesnel, journaliste à L'Etudiant.

Quand on parle de grandes écoles on pense à HEC, Essec, Edhec, Polytechnique, Centrale, Les Mines... pour
les plus connues, mais le paysage de l'enseignement supérieur français compte pas loin de 300 grandes écoles : 220 écoles d'ingénieurs et 70 écoles de
management.

Entrer dans ces grandes
écoles

La voie traditionnelle, qu'on appelle aussi souvent, à tort,
la "voie royale", c'est de faire deux ans de classes préparatoires aux grandes
écoles après le bac, avant de tenter les concours d'intégration dans les
grandes écoles.

Les admissions parallèles permettent à des étudiants titulaires
d'un diplôme de niveau bac+2 ou bac+3 d'entrer dans ces écoles pour y continuer
leurs études. Actuellement, un étudiant sur trois en école de commerce et un étudiant sur deux en école
d'ingénieur n'est pas passé par une prépa.

Le profil des étudiants

Le profil type, c'est celui du bachelier qui a choisi de
préparer après son bac un diplôme court, type BTS ou DUT, en deux ans, parce qu'il n'avait pas envie de faire des études longues, ou parce qu'il souhaitait intégrer rapidement le marché du
travail, ou parce que les classes préparatoires lui
faisaient peur, et qui finalement, après ces deux ans, fait le choix de les
poursuivre.

Tout étudiant qui figure dans le premier tiers de sa promotion
peut réussir.

Tenter sa chance

La solution la plus simple est de contacter directement
l'école ou les écoles qui intéressent l'étudiant pour leur demander si elles
ont prévu des admissions parallèles, et si oui selon quelles modalités : concours, dossier, entretien.

Certaines écoles de management se
sont regroupées pour proposer des concours communs d'admission parallèle. Les inscriptions à ces
concours se font en ce moment, donc il faut être très réactif.

Vous êtes à nouveau en ligne