Le Nouveau Grand Paris et le logement

Jean-Marc Ayrault a précisé ses arbitrages sur le Nouveau Grand Paris. Le but? Corriger les inégalités de la région la plus riche de France en matière d'emploi, de transport, et bien sûr de logement. Ce "super Paris" devrait permettre de relancer la construction de logements neufs desservis par un super-métro francilien, explique Maïlys Honoré, journaliste dans le groupe De Particulier à Particulier.

La Métropole aura pour périmètre l'aire urbaine définie par
l'Insee comme "la zone dense" qui concentre 90 % des logements et de
la population de l'Ile-de-France, soit près de 10 millions d'habitants. Cela
englobe Paris, les trois départements limitrophes (92,93, et 94) et 288
communes de la grande couronne s'installant dans la continuité de
l'urbanisation du centre de l'agglomération (notamment les villes nouvelles et
les zones aéroports).

Les objectifs logement

Le volet logement est ambitieux et prévoit notamment un renouvellement et une transformation du parc existant,
à raison de 14.000 logements réhabilités par an et surtout la production de
70.000 logements neufs par an. Soit 1,5 million de logements supplémentaires à
terme.

Actuellement, 40.000 logements par an sont construits et c'est
insuffisant pour répondre à la demande. Il est aujourd'hui très difficile de se
loger sur Paris et sa petite couronne. La rareté du foncier est l'un des
principaux problèmes. Un problème qu'entand rationnaliser le Grand Paris en mettant un place un seul organe de gouvernance.

Qu'est-ce que la "Métropole de Paris" ?

Le Grand Paris du Logement sera lancé en 2016 et sera
gouverné par un "conseil" réunissant le Maire de Paris et les
présidents des futures grandes intercommunalités du Bassin parisien. La
"Métropole de Paris", qui s'inscrit dans le projet de loi sur la
décentralisation, doit pouvoir encourager les maires de la banlieue à bâtir
plus de logements.

L'objectif de 70.000 nouveaux logements fixé par la loi sur
le Grand Paris de 2010 implique d'augmenter de 40 % la production de logements
neufs. Le but étant d'unifier le territoire du Grand Paris, de construire plus,
et surtout de manière plus cohérente.

Le logement en Île-de-France ne doit plus
se penser à l'échelle d'une ville ou même d'une communauté d'agglomérations,
mais au niveau de tout le territoire. Les permis de construire seront toujours délivrés par les villes,
mais ils devront être approuvés par la
"Métropole de Paris" et par les futures intercommunalités.

Une décentralisation de la

politique du logement

Le gouvernement se défend d'une telle idée, mais dans les
faits, il est vrai que la Métropole pourra "recevoir de l'État une
délégation de compétences
", décider "d'opérations d'aménagement
d'intérêt métropolitain
" pour lesquelles elle délivrera – à la place de
l'État – des "autorisations de construire ", ou pourra encore soutenir
les collectivités locales en cofinançant des équipements publics réalisés en
accompagnement de programmes de logements.

Les transports

Le projet du Grand
Paris s'appuie sur un "supermétro" installé en périphérie qui
permettra de se déplacer facilement d'une ville de banlieue à une autre sans
passer par la capitale, 72 stations sont prévues.

Les biens immobiliers situés sur
le futur tracé du métro ont déjà pris de la valeur. Les nouveaux logements qui
y sortiront de terre n'auront pas de mal à trouver acquéreurs. De bonnes
adresses, même s'il va falloir se montrer patient. Aujourd'hui, les prix élevés
de l'immobilier poussent les Franciliens à acheter de plus en plus loin. Mais
même en habitant à quelques kilomètres de Paris, vous pouvez aujourd'hui mettre
deux heures pour rejoindre la capitale. La volonté du Grand Paris est de
"désenclaver" ces zones, de rapprocher les territoires.

Vous êtes à nouveau en ligne