La méditation est-elle bonne pour tous ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il n'y a pas un journal, pas un magazine, pas une émission sans que l'on nous parle de méditation. Mais à propos, cette pratique qui est courante aux Etats-Unis depuis quarante ans et qui déferle maintenant sur la France, est-elle accessible à tous ?

La réponse est oui. Tout simplement parce que la méditation,
selon la définition qu'en donne Fabrice Midal, philosophe et fondateur de
l'Ecole occidentale de méditation, c'est un "exercice délibéré
d'attention à ce qui se passe moment après moment, dans le présent vivant, sans
aucune attention ni conception"
. Autrement dit, la méditation c'est
tout simplement essayer d'être ouvert à
ce qui se passe autour de nous, les bruits, la lumière, nos sensations, la
respiration, et de laisser passer nos pensées envahissantes comme des nuages
qui passent dans le ciel. C'est être présent ici et maintenant. Cela, tout le
monde peut le faire
.

C'est simple, mais comme le dit Fabrice Midal, ce n'est
pas facile pour autant. C'est même très compliqué pour nous, occidentaux, qui
sommes toujours dans la performance, l'efficacité. Nous avons toujours tendance à nous laisser
distraire. Notre esprit revient à ses préoccupations. C'est pour cette raison
que s'appuyer sur un maître pour mener une séance, c'est bien, tout comme il
est bien de suivre un cours de danse pour pouvoir s'appuyer sur une compétence,
un soutien. Mais rien ne vous empêche, par ailleurs, de pratiquer seul, bien au
contraire.

Connaître la technique de méditation

Un méditant-auteur comme Christophe André explique que la
méditation est tout, sauf une technique
. Il n'y a pas de gestes ou
d'enchainement à connaître, mais seulement le désir de s'engager dans un chemin
à la fois intérieur, on se centre sur soi, et en lien avec l'extérieur et les
autres : on s'ouvre au monde et à ce qui s'y passe. Il suffit de
s'asseoir dos droit et de respirer
. Cela peut se faire vraiment à n'importe
quel âge. Notre défi, c'est vraiment d'accepter de ne pas intellectualiser le
processus. Et de comprendre qu'il ne s'agit ni de prière, ni de réflexion
intellectuelle.

Cela peut devenir égocentrique si l'on aborde la méditation comme
une technique utilitaire pour se sentir mieux, déstresser, mieux dormir etc.
C'est vrai, la méditation apporte cela, mais cela va plus loin : il s'agit
vraiment de  s'éveiller au reste du
monde, de se sentir comme élément ce monde et non pas comme un élément à part.
Paradoxalement, cette démarche de recentrage sur soi débouche sur la
bienveillance, en tout cas c'est ainsi qu'elle doit être pratiquée : je ne
suis qu'une partie d'un tout, comme les autres qui m'entourent. Dans le fond,
c'est une démarche très écologique, politique au sens large. Et pas du tout un gadget pour bobos branchés.

La méditation ou un travail de psychothérapie?

La méditation est de plus en plus proposée dans le cadre de
l'hôpital, pour venir en aide aux malades, leur permettre un souffle, une respiration.
Christophe André, qui est psychiatre à Sainte-Anne, a été l'un des tout
premiers à proposer des séances de méditation à ses patients, avec des
résultats tout à fait bénéfiques, tout en sachant que tous les malades ne
peuvent pas le faire.

Un article accompagné de témoignages, signé Anne-Laure
Gannac, est à retrouver dans Psychologies de ce mois-ci.

Conseils de livres :

Frappe le ciel, écoute le bruit , de Fabrice
Midal, aux Editions Les Arènes,La réparation , de Danielle Levi-Alvares chez
LattèsTout est là, juste là , de Jeanne
Siaud-Facchin, chez Odile Jacob

Vous êtes à nouveau en ligne