Chi-gong et tai-chi comme anti-stress

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Carole Serrat est sophrologue, experte bien-être au magazine "Top Santé" et spécialiste du stress. Aujourd'hui, elle nous fait découvrir ces disciplines qui viennent d'Asie et qui fortifient le corps et l'esprit.

Ces disciplines asiatiques que sont le chi-gong et le tai-chi
connaissent de plus en plus de succès car elles aident à se maintenir en forme,
tout en luttant contre le stress et l'anxiété qui sont des facteurs de
vieillissement.

 Une étude dans le British journal of sport médecine montre
l'efficacité du tai-chi et du chi-gong sur l'amélioration du bien-être mental. Le
chi-gong prône l'éloge de la lenteur, le tai-chi la maîtrise de l'énergie et du
souffle.

Les Chinois nomment l'énergie vitale "chi" ;
selon eux, en régularisant et en maîtrisant le chi, il est possible d'améliorer
notre état de santé et de prévenir les maladies, et, au final, d'atteindre un
état de vie idéal donné par l'unité du corps, de l'esprit, de l'action et de
l'environnement.  

• En quoi consiste le chi-gong ? 

Le but du chi-gong est de se maintenir en bonne santé en
laissant le chi circuler librement à travers le corps et l'esprit. Pour ce
faire, cette technique associe un travail sur la respiration et des mouvements
lents. Les gestes suivent le trajet des méridiens, c'est-à-dire, selon la
médicine chinoise, des canaux où circule l'énergie et qui servent de repères
pour les points d'acupuncture. Prenant exemple sur la Chine, de nombreuses
villes françaises proposent des cours de chi-gong dans des parcs ou des jardins
publics.

• A qui s'adresse  le chi-gong ?

Les mouvements sont simples. Le chi-gong est donc
accessible à tous, sans restriction d'âge. On effectue les mouvements
selon ses capacités. Il existe plusieurs formes de chi-gong adaptés à
différents besoins : pour débuter vous pouvez faire du dao yin ("dao"
signifie conduire l'énergie et "yin" travailler le corps pour le
rendre souple), qui est une forme de chi-gong idéale pour débuter, car ces
gestes sont les plus faciles à réaliser. 

Le chi-gong de la femme met en mouvement le bassin pour
influencer le système hormonal et s'appuie sur des automassages du diaphragme
pour équilibrer les états émotionnels. Le hui chun gong est un chi-gong
rajeunissant qui stimule l'énergie vitale contenue dans les reins. Les
mouvements sont particulièrement lents et concentrés sur le bassin. Les
personnes âgées peuvent également le pratiquer.

Le chi-gong des animaux apprend aux enfants à améliorer
la souplesse et l'enracinement, à se poser. Il existe même des ateliers de chi-gong
destinés aux étudiants qui passent le baccalauréat. Cela les aide à mieux se
concentrer pendant les examens, à trouver le calme intérieur, à
équilibrer les émotions pour être en pleine possession de ses moyens.

• Quels sont ses bienfaits ?

Les bienfaits sont très concrets. La pratique lente
aide à évacuer les pensées négatives et stressantes pour mieux se concentrer
sur le mouvement. Cette gymnastique permet aussi une meilleure compréhension
et une meilleure maîtrise de son corps, grâce notamment au travail de la
respiration (les épaules, la cage thoracique et le diaphragme sont bien
ouverts, ce qui fluidifie le souffle). Il faut compter un ou deux mois de
pratique une fois par semaine minimum pour ressentir un mieux être. 

 • En quoi consiste le tai-chi ?

Le tai-chi est un art martial chinois, donc un sport de
combat dit "interne" (neijia), d'inspiration taoïste. Ses
mouvements ont à la fois une application martiale (esquives, parades, frappes,
saisies...) et énergétique. Créé et développé par des guerriers taoïstes ou des
moines médecins, il permet d'expulser ses émotions et de canaliser ses
pulsions. Pratiqué en posture semi-fléchie, il fait travailler les muscles les
ligaments et les articulations des membres.

Il existe plusieurs formes de tai-chi. Le tai-chi-chuan par
exemple est une technique qui renforce la puissance musculaire et l'équilibre
psychique. Il permet d'accéder à une sérénité profonde car, dans
l'exercice, la puissance est maîtrisée, contrôlée, ce qui participe à
réconcilier à équilibrer le corps et l'esprit. Le tai-chi-chen est plus
offensif : il consiste en des sorties de force, une série de mouvements
qui permettent d'expulser la force intérieure en la dirigeant vers l'extérieur.
Plus doux le tai-chi-wu repose sur l'exécution de mouvements lents
accompagnés d'une respiration profonde.

• Quelle différence y a-t-il entre le tai-chi et le chi-gong ?

Le tai-chi est plus compliqué à exercer que le chi-gong. Il
s'adresse à ceux qui possèdent déjà une bonne aptitude physique et une certaine
aisance avec leurs corps. Il convient aux personnes dynamiques, que la
lenteur du chi-gong peut rebuter.

 • Quels sont les bienfaits du tai-chi ?

Ils sont nombreux et durables car le tai-chi est aussi une
philosophie : le travail sur le corps est pleinement associé à l'équilibre
de l'esprit. En pratiquant le tai-chi, on se sent plus en forme
physiquement et psychiquement. Cette forme retrouvée nous incite à mener
une vie plus équilibrée.

 >  Quelques exercices de chi-gong

Voici deux automassages à pratiquer le jour de l'examen
 avant l'épreuve (devant sa copie ou en attendant l'examinateur)

  • Tai Yang vers l'arrière : appuyer
    légèrement avec les doigts dans le creux des tempes et pousser vers l'arrière
    pour détendre votre cerveau. 

  • Massage du poignet : à la distance de trois doigts
    sous le pli du poignet du côté de l'articulation, presser vigoureusement avec
    le pouce pendant 15 secondes le point 6 maître cœur pour débloquer le yin, la
    concentration et la mémoire.

> Pour en savoir plus

 Initiez-vous au Tai-chi , du Dr Luce
Condamine  (éditions Le courrier du livre)

Le chi-gong anti-âge , de Yves Réquéna (édition
Trédaniel)  

• Partout en France du 1er au 30 juin 2014 auront lieu les 20èmes
journées nationales du chi-gong, organisées par la Fédération de Gigong, qui lancera également des
ateliers anti-stress dans toute la France pour aider les étudiants à passer le
bac et rester zen le jour des examens.