Béganne, le premier village français en route vers l'autonomie énergétique

Bienvenue à Béganne, petite ville du Morbihan, à une trentaine de kilomètres de Vannes. Ses 1400 habitants, son bar-tabac, sa crêperie, son site mégalithique.  Et depuis quelques jours, ses quatre éoliennes. "Cela va tellement vite que j'ai loupé les trois premières, raconte Sibylle Le Carrer, une habitante, au Journal du Dimanche. J'ai vu les ouvriers accrocher les pales de la dernière, c'était magnifique. Ces éoliennes sont un peu les nôtres, alors ce sont les plus belles !"

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Béganne est le premier village français en route vers
l'autonomie énergétique. C'est une première, À Béganne, quatre éoliennes ont été
financées par des particuliers, déjà Montdidier en Picardie avait montré la
voie mais ce pas vers l'autonomie était du à la volonté de son élue et à des
financements collectifs.

Le parc éolien de Béganne est le premier en France à être
entièrement financé par des citoyens actionnaires. À partir de sa mise en
service  mi-juillet, il fournira  20 millions de kWh par an – l'équivalent de
la consommation de 8.000 ménages hors chauffage. L'électricité produite sera
injectée sur le réseau et revendue à EDF à un prix fixé à 0,08 € /kWh pour les
quinze ans à venir. Autant dire que si  : "l'objectif est
d'atteindre très rapidement un taux de rémunération de l'ordre de 4% par an"
,
détaille Florence Lecordier, directrice de la communication de Bégawatts, la
SAS crée spécialement pour cet OPA sur l'énergie. Une partie des bénéfices, "de
l'ordre d'un mi-temps salarié"
, sera par ailleurs affectée à des
actions en faveur d'économies d'énergie sur la commune.

Une première qui aura demandé 10 ans de préparation. Il n'a
fallu que quelques mois pour que les pales montent vers le ciel mais plus de
dix ans pour réaliser ce premier parc éolien citoyen de France. À l'origine, un
couple d'agriculteurs retraités qui, en 2002, souhaitent installer une éolienne
dans leur jardin. Devant le prix de l'engin et la lourdeur des procédures, ils
se regroupent avec une vingtaine d'autres habitants pour créer un parc
collectif  l'association Éoliennes en
pays de Vilaine.

Reste le financement. En 2007 est crée la SARL Site à Watts,
qui réunit 84 citoyens pour couvrir les frais d'études techniques nécessaires
au dépôt d'une demande d'autorisation de permis de construire. Autorisation
accordée en 2009 par le préfet du Morbihan. La vraie collecte de fonds peut
alors commencer : 12 millions d'euros sont nécessaires pour acheter les
quatre éoliennes. 2,3 millions sont collectés auprès d'un millier de
particuliers, le reste est prêté par des banques : le Crédit Coopératif,
Oséo, les banques Ethiques La Nef et Triodos.

Une expérience qui s'inspire du modèle allemand. Dans un
précédent numéro de Wedemain consacré entre autres au tournant énergétique
allemand nous avions donné la parole à Ursula Sladek mère au foyer qui au lendemain
de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl décide que pour sa famille et son
avenir : cela suffisait ! Partant de zéro elle se trouve aujourd'hui
à la tête de la première entreprise de distribution d'électricité verte au monde
avec 140.000 clients

Exceptionnelle en France, l'histoire de Béganne serait
passée inaperçue outre-Rhin.

"En Allemagne, 46% de la capacité de
production des énergies renouvelables est directement aux mains des
particuliers, souvent organisés en coopérative"
, explique Yves
Heuillard, éditeur de Développement Durable Magazine. Tant pis pour Alstom, les
quatre éoliennes de Béganne sont d'ailleurs de marque allemande
(Senvion) : "il n'existe pas de constructeur français pour ce type
d'éolienne"
, précise le communiqué de presse de Bégawatts

Et  les prix garantis
sont garantis puisqu'en France comme en Allemagne, l'État garantit un tarif de
rachat fixe supérieur aux prix du marché pour les énergies renouvelables (sauf
éolien offshore). Une caution qui permet aux citoyens de faire des prévisions
sur la rentabilisation de leurs investissements en énergies renouvelables, et
dans le cas de Béganne, d'obtenir l'aide des banques.

Les choses pourraient cependant changer. Le 17 Avril, la
Commission de régulation de l'énergie (CRE) a publié une étude critiquant le
tarif de revente garanti. Celui ci conduirait "à des rentabilités
excessives pour les actionnaires"
dans les meilleures conditions de
vent. Il faut dire qu'une partie du prix avantageux auquel EDF rachète les
énergies renouvelables est financée par les consommateurs via la Contribution
au service public de l'électricité (CSPE). La CRE préconise de généraliser le
système de prix fixé par appel d'offre, en vigueur dans l'éolien offshore.

"Béganne va faire des émules"

Pierre Jourdain est membre de Site à Watts, une SARL crée
par l'association Éoliennes en pays de Vilaine pour aider à développer d'autres
parcs éoliens citoyens gérés par des sociétés locales. "J'ai le
sentiment que l'énergie citoyenne va gagner du terrain en France et que Béganne
va faire des émules"
, assure-t-il. Depuis quelques mois, citoyens,
collectivités sollicitent ses conseils pour créer leur parc. "Certaines
entreprises cherchent aussi un moyen de faire entrer les habitants au capital."

Pierre Jourdain prépare d'ailleurs le montage financier du futur parc éolien
citoyen, en Loire Atlantique, dont le chantier devrait démarrer en septembre.

Une illustration supplémentaire de la reprise en main des
pouvoirs par le citoyen. 

Certains comportements et actions illustrent qu'on ne peut
plus tout attendre de "l'Etat providence". Chaque jour *l'empowerment

  • c'est le terme se développe gagne du terrain ensemble, reprenons le pouvoir sur
    l'énergie, l'alimentation, la santé, demain la politique en participant aux
    décisions.

Béganne illustre le développement de l'économie locale et latérale
une économie de proximité, une expérience que devrait regarder de très près
notre nouveau Ministre de l'environnement sans doute invitée à l'inauguration
officielle du parc le 14 juin prochain.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne