Thomas Snégaroff sur les "neuf de Little Rock" : "Peu de gens auraient eu le courage d’affronter cette foule ce jour-là"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'historien et journaliste Thomas Snegaroff est l'invité de la "Mise à jour" pour son livre "Little Rock, 1957". Il y revient sur un épisode crucial de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. 

C’est une rentrée qui, plus de soixante ans après, continue de faire parler. Le 4 septembre 1957, 9 lycéens noirs de Little Rock (Arkansas) tentent de se rendre au lycée central de la ville, encore interdit d'accès au Afro-Américains alors que la ségrégation raciale dans l'éducation est officiellement inconstitutionnelle aux Etats-Unis depuis 1954. Les 9 Noirs sont refoulés par des dizaines d’Américains vociférant toutes sortes d’insultes racistes, et le gouverneur de l'Arkansas ordonne à la garde nationale d'empêcher les étudiants noirs d'accéder à l'établissement.

Il faudra l'intervention du président Eisenhower et l'envoi de mille soldats de la 101e division aéroportée pour que les "neuf de Little Rock" puissent se rendre au lycée, malgré les émeutes et sous la protection permanente des militaires. Et ce n'est qu'un an plus tard que la Cour suprême ordonne l'intégration définitive des étudiants noirs dans les écoles de Little Rock, désavouant l'Etat de l'Arkansas. 

"Ils ne se sont jamais considérés comme des héros"

C'est une étape essentielle de lhistoire des droits civiques. Et pourtant, les neuf de Little Rock sont longtemps restés silencieux sur les événements de 1957. "C'est en 1987, lors des trente ans, que l'on a véritablement commencé à en reparler, raconte Thomas Snegaroff. L'une des neuf, Carlotta Walls, que j'ai rencontrée pour écrire le livre, m'a raconté que ses enfants n'avaient découvert qu'à l'école qu'elle en faisait partie. Ils n'en avaient jamais parlé."

Dans Little Rock, 1957, Thomas Snegaroff s'attache particulièrement au parcours d'Elizabeth Eckford. La jeune fille de 16 ans va devenir célèbre grâce à une photo la montrant marcher, seule entourée d’une foule haineuse. Son nom est pourtant moins connu que celui de Rosa Parks, figure de la lutte pour les droits civiques. Deux ans avant Little Rock, elle avait refusé de laisser sa place à un Blanc, dans un bus. "Rosa Parks était déjà une militante, une adulte, elle faisait un geste volontaire. Mais Elizabeth Eckford est une jeune fille, victime de l’histoire. Elle n'a pas l'impression de faire un geste héroïque. Elle a juste l’impression de faire respecter la loi, là où Rosa Parks a fait changer la loi. Elizabeth comme les huit autres ne sont que des enfants à l’époque. Ils ne se sont jamais considérés comme des héros, même s’ils le sont vraiment au regard de l’histoire car peu de gens auraient eu le courage d’affronter cette foule ce jour-là."

Vous êtes à nouveau en ligne