Régis Le Sommier : "L'identité bretonne a pris tout son envol ces vingt dernières années"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jean-Mathieu Pernin reçoit sur franceinfo Régis Le Sommier, grand reporter, directeur adjoint de la rédaction à Paris Match, à l'occasion de la sortie de son nouveau livre "Ces bretons qui font la France."

Le journaliste et directeur adjoint de Paris Match, Régis Le Sommier, consacre son dernier livre à l'itinéraire de 16 personnalités bretonnes qui ont joué un rôle bien particulier dans le pays. Ces bretons qui ont fait la France, une plongée dans l'Histoire de la région, et celle de France.

"Le breton est une langue en voie de disparition", explique l'auteur. "Ma grand-mère par exemple n'avait pas le droit de parler breton en classe, et ça c'est un lègue de la IIIème République et des fameux hussards noirs."

Il a eu une sorte de génocide linguistique en Bretagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Il y avait un million de personnes qui parlaient breton à l'époque, il n'en reste que 200 000 aujourd'hui

Régis Le Sommier

Le livre regorge d'anecdotes pas forcement joyeuses, comme l'héroïne de bande-dessinée Bécassine, qui n'a pas de bouche parce qu'elle n'a pas le droit de parler breton. "Mais l'identité bretonne reprend son envol depuis ces vingt dernières années", confie Régis Le Sommier. "La France est un état jacobin, mais le problème du jacobinisme, c'est qu'il y a toujours cette croyance de supériorité du centralisme comme mode d'expression politique. Et en fait on s'aperçoit que l'avenir des peuples, en Angleterre, en Allemagne, en Espagne, passe par le renforcement de ces identités. La richesse régionale fait la richesse nationale."

"La Bretagne est une terre vraiment particulière", poursuit l'auteur, lui-même breton. "Quand on voit les paysages, on a le sentiment d'être à l'étranger, et on a aussi peut-être ce petit supplément d'âme qui nous rend différent."

Vous êtes à nouveau en ligne