Pascal Blanchard : "Les années 50, on est en plein dedans"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'historien Pascal Blanchard était l'invité de "Mise à jour" vendredi à l'occasion de la parution de son livre, Les années 50. Et si la guerre froide recommençait ?

Pascal Blanchard, spécialiste d'histoire contemporaine, était l'invité de "Mise à jour" vendredi 4 mai, à la veille de la sortie de Les années 50. Et si la guerre froide recommençait ? (éd. La Martinière, mai 2018) dont il est co-auteur. "Les années 50, on est en plein dedans, assure l'historien. C'est le rapport des grandes nations entre elles, le monde qui bascule" avec "un affrontement" à la périphérie et "deux grands, voire trois grands avec les Chinois, qui ont décidé de savoir qui aura la maîtrise du monde".

Les années 50 semblent un peu effrayantes et tristes dans ce livre, avec une France en pleine reconstruction. "On est dans une France qui sort du plan Marshall, qui sort de la guerre, qui est entre la guerre d'Indochine et la guerre d'Algérie, acquiesce Pascal Blanchard. C'est une France qui vit à la fois dans la peur aussi d'un Parti communiste omniprésent dans la vie politique."

Fin d'une grande puissance

"On l'a un peu oublié parce que ces années 50 sont un peu oubliées, poursuit-il. On oublie qu'entre [la Seconde guerre mondiale et les années 60], il y a un temps où les Français ont vécu, ont reconstruit le pays, ont été inquiets sur leur devenir, ont vécu leur déclin (...) C'est aussi la France du général. C'est la France de Poujade. C'est la France de Le Pen qui émerge dans la vie politique. C'est cette vieille France. C'est là que Mitterrand commence sa carrière politique. Et bien c'est une France en bascule. Et c'est vrai qu'elle n'est pas réjouissante."

C'est aussi la fin d'une France, grande puissance avec "la claque de Suez" ou encore "la défaite de Diên Biên Phu, défaite militaire et symbolique, la fin du début de la fin l'empire", note Pascal Blanchard.

Vous êtes à nouveau en ligne