Nadia Daam : "Ce livre est un plaidoyer pour le foyer"

La journaliste Nadia Daam était l'invitée de "Mise à jour" jeudi à l'occasion de la sortie de son livre "Comment ne pas devenir une fille à chat ?" (éd. Mazarine), dans lequel elle se propose de revisiter le célibat et de répondre aux idées reçues sur le sujet. 

Oui, le célibat peut être digne d'intérêt. C'est ce que Nadia Daam, journaliste et chroniqueuse sur Arte et Slate.fr affirme dans son livre Comment ne pas devenir une fille à chat ?, paru aux éditions Mazarine au mois de mai.  

Ce livre, qui n'est pas un guide dans lequel on s'attendrait à trouver des conseils, est plutôt autobiographique : "C'est un constat, c'est très autobiographique. Je parle beaucoup de moi, mais aussi de plein de situations précises auxquelles on est confrontée lorsque l'on est une femme de plus de 35 ans avec un chat, un enfant et pas de mec." 

Une mauvaise image du célibat féminin

Une célibataire est moins bien vue qu'un célibataire, fait remarquer la journaliste. Celle-ci prend en exemple les termes employés pour désigner l'un ou autre. L'homme célibataire est qualifié de coeur à prendre ou de célibataire endurci. La femme ne serait, quant à elle, qu'une "pauvre meuf" dans l'imaginaire collectif. 
Ainsi, la femme de plus de 35 ans se doit donc d'être constamment courtisée, sous peine de voir sa solitude relever de "l'humanitaire car tous ses potes se réunissent pour savoir quoi faire pour sortir de cette situation". La presse féminine contribue elle aussi à entériner cette image dans la mesure où "elle s'adresse à elles pour leur expliquer comment sortir de ce célibat." 

Le paradoxe des sites de rencontre

Selon la chroniqueuse, les applications de rencontre qui sont "une plaie pour l'humanité", ne sont pas faites pour rencontrer l'âme soeur, mais plutôt pour une rencontre ponctuelle. Nadia Daam dénonce ce culte de la performance et de "l'instagrammable" sur les réseaux sociaux et les sites de rencontre en soulignant un paradoxe : "Il existe une énorme contradiction dans cette société qui valorise l'individu, l'autonomie, mais où en même temps la solitude d'une femme célibataire est mal perçue. Il y a une contradiction dans le discours et dans les injonctions."