Julien Clerc : "La scène, c’est la récompense de tout votre travail"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le chanteur Julien Clerc est l’invité de "La mise à jour" du vendredi 20 octobre à l’occasion de la sortie de son nouvel album "A nos amours", chez Warner Music.

Julien Clerc sort vendredi 20 octobre un nouvel album, disponible en vinyle. A nos amours est né d'une collaboration avec Calogero. "Je n'aurais pas pu rêver mieux", confie Julien Clerc. Calogero "a vraiment mis son imagination et sa patte au service des chansons", explique l'artiste.

Sur la pochette de l'album aux teintes jaune et bleue, qui fait référence au tableau La Méridienne de Van Gogh, Julien Clerc est étendu dans la paille avec une jeune femme, des chevaux et une charrette en arrière plan. On a l'impression d'une pause dans le temps. "C'est un peu une image d'immuabilité. On est à 50 ans de carrière. On envoie là un message", commente le chanteur. 

Le temps est passé de la meilleure des façons, quand, comme moi, on a la chance de le voir passer avec la musique.

Julien Clerc

à franceinfo

"C’est une chance qui n’est pas donnée à tout le monde de pouvoir vivre toute sa vie avec sa passion et de toujours pouvoir exercer son métier comme on l’entend, c’est-à-dire en inventant des mélodies et en les chantant pour les gens", explique le chanteur.

Une histoire d'amour et de confiance

Son rapport avec le public est aussi un élément essentiel de la longévité de sa carrière. C'est "une histoire d'amour qui se prolonge dans le temps", explique Julien Clerc, à la veille d'une tournée anniversaire qui passera notamment par l'Olympia. "La scène, c’est la récompense de tout votre travail. C’est aussi le moment de vérité parce que c’est l’échange d’émotions physiques. Ce sont ces fils qu’on ne voit pas, qui sont tendus entre le noir et la lumière, et qui font tout l’intérêt de notre métier."

Ma colère, l'un des titres de son nouvel album, retient l'attention, tant par les textes que par la musique. Une chanson piano-voix à la base, sur laquelle Calogero a fait "son travail d'embellisseur""Il en faut pour me mettre en colère, confie Julien Clerc, mais ça arrive". Ce qui le fâche le plus c'est surtout c'est "l’injustice et quand on trahit la confiance", poursuit-il. Julien Clerc qui décline toute mise à jour de son parcours. "Je n'ai rien envie qu’on change. Je l’ai fait avec mon cœur tout le temps. Après, on demande le droit à l’erreur. Mais je ne peux rien renier franchement."