Marinette Pichon :"Je ne veux pas qu’on tombe dans les travers du foot masculin, à devenir hautains et un peu cons sur les bords !"

Marinette Pichon, première joueuse française professionnelle de football, était invitée sur franceinfo lundi 25 juin à l’occasion de la sortie de son livre "Ne jamais rien lâcher".

C’est la première joueuse professionnelle de football en France, Marinette Pichon, également meilleure buteuse de l’histoire de l’équipe de France avec 81 buts et 112 sélections. L'ex-footballeuse, aujourd'hui consultante à France Télévisions, sort Ne jamais lâcher, où elle revient sur son parcours.

"Je sais que je véhicule un message"

En sous-titre, sur la couverture, on lit "Le parcours d'une icône". Marinette Pichon s'explique :"Je ne sais pas si je suis une icône, mais je me rend compte que j'ai quand même marqué les esprits des plus vieux mais aussi des jeunes. Je ne sais pas si je suis une icône mais je sais que je véhicule un message".

Aujourd'hui, elle se félicite de la couverture médiatique qui est réservée au football féminin. "La très belle couverture du championnat d'Europe aux Pays-Bas l'été dernier a prouvé qu'il y avait une vraie place pour le foot féminin et je pense qu'on va attendre l'équipe de France en 2019 avec la compétition sur notre territoire, avec je l'espère une médaille." Avant d'ajouter : "En tout cas, je suis vraiment ravie de voir les jeunes footballeuses s'épanouir et nous les anciennes, nous continuons à soutenir le développement du foot féminin."

Selon Marinette Pichon, il est aujourd'hui plus simple de faire du foot quand on est une fille : "Avec le plan de féminisation porté par la Fédération Française de Football, il y a vraiment la possibilité de trouver des clubs pour que les jeunes filles puissent pratiquer, les mentalités ont changé."

150 francs pour aller jouer en équipe de France  

Marinette Pichon se rappelle que cela n’a pas toujours été simple. Elle intègre l’équipe de France entre 1994 et 2007 et à l’époque elle était défrayée 150 francs pour aller jouer en équipe de France. "C’était un vrai fossé, limite l’océan Atlantique entre les hommes et les femmes, mais on existe aussi depuis moins longtemps dans le monde du foot. Cela n’a pas d’intérêt de comparer les salaires des hommes et des femmes, car l’économie n’est pas la même, on ne génère pas les même choses, même si on commence à évoluer et être reconnues."

Elle met aussi en garde : "Il faut continuer à avancer en gardant bien le maîtrise du volant entre les mains pour éviter des dérapages dans les grands virages, car on a vu ce que la ligue américaine avait fait, vivre la grande vie, dans des grands hôtels, et derrière la ligue a fini en faillite au bout de trois années".

Pour Marinette Pichon : "Il faut continuer à avancer mais rester les pieds sur terre". "Il faut faire comprendre, selon l’ancienne footballeuse, qu’on peut arriver à une forme d’égalité dans certains domaines entre les hommes et les femmes. D'ailleurs on commence a voir des salaires très intéressants pour les joueuses. Mais je ne veux pas qu’on tombe dans les travers du foot masculin, à devenir hautain et un peu con sur les bords : cela me gênerait. Je voudrais qu’on reste les pieds sur terre attachées à nos valeurs."

Vous êtes à nouveau en ligne