Marc Cerrone : "La France est l'endroit où il faut être : aujourd'hui, c'est là que ça se passe"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Père du disco en France, compositeur, producteur de disques, l'auteur de Supernature et Love In C Minor, Marc Cerrone, signe son autobiographie, "Cerrone Paradise", aux éditions EPA. Aujourd'hui "gars (presque) normal", il revient sur franceinfo sur ses années disco.

Marc Cerrone, son diplôme en poche, aurait pu devenir coiffeur, pour "faire plaisir à son père", qui ne voyait pas d'un oeil favorable qu'il tente de vivre de sa passion, la musique. Une trentaine de millions de disques vendus plus tard, le paternel dut probablement s'y résoudre. Aujourd'hui, son fils Marc, géant du disco, producteur, compositeur et "gars normal", revient sur ses années de paillettes dans Cerrone Paradise, une autobiographie qu'il signe aux éditions EPA. Un récit à la première personne où se mêlent souvenirs de succès, genèses de titres, anecdotes hilares, drogues et aubes chantantes, sous les ors du firmament du disco.

Warhol, le Studio 54 et une lointaine banlieue : la France

Au fil des lignes, le lecteur se promènera dans les États-Unis de Warhol, dans les vapeurs du Studio 54, le mythique club new-yorkais. La France, pour Cerrone, est alors une banlieue : "Tout allait très très très vite et j'étais certain que ça n'allait pas durer longtemps, et pour faire une promo aux Etats-Unis, il fallait huit mois. En France, je valais très peu..." 

Une vingtaine d'années plus tard, l'électro, la petite soeur du disco, a conquis le monde. Aussi, même si Cerrone regrette les temps heureux où l'on pouvait, citons-le, "faire n'importe quoi" (comme, explique-t-il, se promener dans les rues une plume dans les fesses sans risquer d'aller en prison), ses années américaines derrière lui, il croit désormais au destin français.

Right time, right place

"Ma chance a été d'être au bon moment et au bon endroit, sourit-il. Je l'ai même tatoué sur mon corps : Right time, right place. Et aujourd'hui, je crois en cela : j'ai vraiment le sentiment que la France est l'endroit où il faut être. Dans trois ou cinq ans, on verra, mais aujourd'hui, c'est là."

À sa sortie, sur la pochette de disque de son tube planétaire, Love In C Minor, une femme nue. Une première pour l'époque... "C'était la première fois qu'on faisait ça, si on exclut Polnareff qui avait montré ses fesses et Gainsbourg qui avait écrit Je t'aime, moi non plus...", se souvient le père de Supernature.

Nous étions dans une période post 68 où tout avait été débarrassé et c'était à nous de faire. Alors, forcément, nous étions un peu provoc...

Marc Cerrone

franceinfo

À chaque fois qu'il arrive aux portes du Studio 54 pour épuiser ses nuits, on le met immédiatement à la table Jean-Paul Goude, Jean-Paul Gaultier, Grace Jones. "Nous étions cinq six, une petite bande de provocs… Et, ce qui est génial, c’est qu’à part Warhol notamment, on est tous encore vivants !"

Vous êtes à nouveau en ligne