Jean Teulé : "Dans le milieu, c'est un train qui est surnommé "Le train du cholestérol'"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Jean Teulé est l'invité de "Mise à jour" de Jean-Mathieu Pernin à l'occasion de la sortie de son livre "Entrez dans la danse", publié chez Julliard. Un étrange phénomène d'"épidémie dansante" survenu à Strasbourg en 1518, dont il confie l'étonnante genèse.

L'écrivain Jean Teulé sort un nouveau roman historique, Entrez dans la danse, chez Julliard, l'histoire vraie d'un phénomène survenu à Strasbourg en juillet 1518. Une femme sort de chez elle, son bébé sous le bras, le jette à la rivière et se met à danser sans s'arrêter, suivie de nombreuses autres personnes qui feront bouger leurs corps d'eux-mêmes. Ce phénomène s'appelle "épidémie dansante".

Jean Teulé raconte jeudi 22 février sur franceinfo comment l'idée lui est venue. Il était dans un état d'ivresse dans un train d'écrivains et de journalistes littéraires ce jour-là. "Je me souviens parfaitement, c'est en 2016, j'allais à la foire du livre de Brive et il y a un train spécial pour écrivains et journalistes littéraires. C'est un train qui est surnommé dans le milieu, le train du cholestérol." Le petit-déjeuner est déjà arrosé. "On arrive à 9 heures, à 9h30, on commence à nous servir des apéritifs à l'alcool de noix et des trucs de la Corrèze et du Lot, après les boules de foie gras, les confits de canard. Tout ça est arrosé de vin blanc, vin rouge", se souvient Jean Teulé.

Vers 11h30, on passe au digestif. Tous les écrivains sont un peu torchés et les journalistes aussi

Jean Teulé

franceinfo

En fin de matinée, une personne lui souffle une idée de livre. "Un jeune homme qui s'appelle Julien Bisson, qui était le rédacteur en chef du magazine Lire, vient me voir et avec les yeux brillants, il me dit 'Jean, est-ce-que tu as déjà entendu parler de l'épidémie de danse à Strasbourg en 1518 ?"" Il observe interrogatif son interlocuteur. "Je regarde ses yeux brillants, je me dis, c'est simple, c'est lui, le mec le plus bourré du train. Il me dit, 'J'ai entendu quelques mots sur une radio, je me suis tout de suite dit, c'est un roman pour Jean'."

La journée passe. Une fois rentré à l'hôtel, il repense à cette étrange conversation, se renseigne sur internet : "Je tape Strasbourg, danse, 1518, et je tombe directement sur une chronique de l'époque." Elle évoque une "étrange épidémie" à Strasbourg durant laquelle "beaucoup se mirent à danser et ne cessèrent jour et nuit sans interruption jusqu'à tomber inconscients, beaucoup sont morts". L'idée fait son chemin. Jean Teulé se rend sur place, glâne le plus d'informations possibles sur cette histoire étrange de désespérance collective et se met à écrire son roman...

Sa mise à jour ? S'il avait le pouvoir de modifier quelque chose dans le passé, Jean Teulé ne changerait "pas grand chose". "J'ai eu un père ouvrier, une mère concierge et femme de ménage dans les écoles, et moi, si à 11 ans, on m'avait dit la vie que j'allais avoir, j'aurais dit : 'Je suis d'accord !'". 

Vous êtes à nouveau en ligne