Bruno Fuligni : "Si les extraterrestres viennent chez nous, c'est qu'ils sont en mission de reconnaissance"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Bruno Fuligni est l'invité de "Mise à jour" pour son "Atlas des zones extraterrestres". On apprend notamment qu'il existe en France un "ovniport" pour accueillir les soucoupes volantes.

Bruno Fuligni, écrivain et historien, publie Atlas des zones extraterrestres, aux éditons Arthaud sur l'ufologie, l'étude des ovnis et des phénomènes associés. Cet atlas recense les "points de rencontre" supposés avec les extraterrestres et présente des lieux qui leur sont consacrés. "Les extraterrestres le liront,s'ils en existe qui sont infiltrés parmi nous, s'amuse Bruno Fuligni, mais ce livre s'adresse d'abord aux humains, confrontés à ce phénomène tellement mystérieux sur lequel on a écrit tout et n'importe quoi."

Le phénomène est ancien. Dès l'antiquité grecque, des philosophes affirmaient qu'il "y avait une infinité de mondes possibles et que rien ne permettait d'exclure a priori, l'existence de vies dans d'autres mondes, c'est-à-dire sur d'autres planètes".

L'Atlas de Bruno Fuligni met en perspective l'ufologie. Au détour de pages sur la Zone 51 ou Roswell, aux Etats-Unis, où s'est forgé toute une mythologie sur fond de Guerre Froide, on découvre un étrange "ovniport" qui se trouve à Arès, sur le bassin d'Arcachon (Gironde). Comme un aéroport, le site est conçu pour accueillir des ovnis.

Un habitant d'Arès féru d'ufologie a fait savoir au maire que si on ne voyait jamais d'ovnis, c'est tout simplement parce qu'on n'avait rien prévu pour les accueillir. Le maire a trouvé l'idée amusante, sympathique

Bruno Fuligni

franceinfo

Résultat : l'ovniport inauguré le 15 août 1976 existe toujours aujourd'hui. La commune ne manque pas d'humour. "Les ovnis sont dispensés de taxes en cas d'atterissage. Il y a un petit monument aujourd'hui, avec la mention, 'Nous vous attendons toujours'. Donc, il ne suffit pas d'installer un ovniport pour que les ovnis atterrissent."

Bruno Fuligni parle également des théories conspirationnistes dont on peut sourire, notamment celle selon laquelle des reptiliens auraient un pouvoir de "transformation" en humain. "On trouve des textes accusant la pauvre reine Elizabeth II ou le président des Etats-Unis d'être des reptiliens infiltrés".

À la question "si vous croisiez un extraterrestre, qu'auriez-vous envie de lui dire", il répond très sérieusement, "le moins possible". Bruno Fuligni est passionné mais méfiant. "L'attrait d'une rencontre est évidemment intéressant, mais il ne faut pas se leurrer, si les extraterrestres viennent chez nous, c'est qu'ils sont en mission de reconnaissance ou de renseignement. Ce qui serait intéressant, c'est de savoir, ce que eux ont à nous dire. Mais moins nous leur en dirons sur nous-mêmes, plus nous serons en sécurité, je crois", estime-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne