Micro européen. L'axe franco-allemand est-il toujours incontournable ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Alors que l'Allemagne s'achemine vers un gouvernement de coalition, Angela Merkel et Emmanuel Macron reprennent un dialogue suivi.

Lundi 22 janvier, Angela Merkel et Emmanuel Macron célèbreront le 55e anniversaire du traité de l'Élysée qui, en 1963, avait scellé l'amitié franco-allemande. Mais les deux pays sont-ils prêts à réformer l'Europe ensemble ? Commentaires de Georg Blume du journal allemand Die Zeit et d'Alberto Toscano, correspondant italien à Paris.

Entre l'Allemagne et la France, on a l'impression que tout va bien

Mais "cela peut être une illusion", selon Georg Blume. Il y a un an, les Allemands craignaient l'élection de Marine Le Pen et au début du quinquennat d'Emmanuel Macron, il y a eu un certain "scepticisme" outre-Rhin. Mais actuellement, alors qu'une grande coalition se forme sans enthousiasme en Allemagne, "on s'accroche à Macron parce que la grande coalition n'a rien d'autre à montrer." Mme Merkel et ses nouveaux alliés du SPD soutiennent les propositions de réforme européenne du président français, mais ce n'est pas ce qui avait été proposé aux électeurs allemands aux élections législatives de septembre dernier.

Une entente de raison ?

Pour Alberto Toscano, l'axe franco-allemand est "fondamental, mais aujourd'hui, c'est une entente de raison et pas d'enthousiasme, c'est un axe froid." Sur la réforme de la zone euro, Berlin a des positions dures. De toute façon, il faudra aussi faire cette réforme avec l'Italie et l'Espagne, même si l'axe Paris-Berlin est fondamental.