Micro européen. Expérience du revenu universel : un regard finlandais

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le revenu universel de base, une expérience finlandaise qui vient de tourner court. 

"La petite Finlande", comme on l'appelait au début de l'autre siècle, a tenté l'expérience du revenu universel. Pour l'instant, cette expérience a été arrêtée par le gouvernement finlandais. Mais avant de découvrir ce test "grandeur nature", un peu d'histoire.

Il était une fois la Finlande

La Finlande est un jeune état de l'Union européenne. Son indépendance date de 1917, quand elle se sépara de la Russie à l'occasion de la révolution d'Octobre. Sous la coupe de la Suède pendant des siècles, la Finlande fut cédée à la Russie en 1800, et devint le Grand-Duché de Finlande. C'est dans ce Grand-Duché que naquirent les premiers partis politiques finlandais.

Dans l'empire russe ce Grand- Duché passait pour connaître un régime plus doux que dans le reste du territoire russe. La Finlande a comme particularité une langue qui n'est pas indo-européenne, le finnois, faisant partie du groupe de langues finno-ougriennes avec le hongrois, l'estonien et le basque. L'ouvrage du Kalevala regroupe la mythologie finlandaise, que le compositeur Jean Sibelius mettait en musique, telles Les légendes de Lemminkäinen.

À son indépendance, difficile, car un semblant de révolution avait pris forme, le pays s'initiait à la démocratie naissante. Helsinki devenait la capitale, deux langues étaient reconnues, le finnois et le suédois, deux religions composaient le pays, le protestantisme luthérien et l'orthodoxie. Seulement la Russie devenait l'Union soviétique et ce grand voisin allait bientôt se rappeler "au bon souvenir" des Finlandais. En effet, le 30 novembre 1939 l'Armée rouge envahissait la Finlande, la guerre prendra fin le 13 mars 1940, elle est nommée "La guerre d'hiver".

Au terme d'un conflit très dur où la petite armée finlandaise a combattu une armée très supérieure en hommes et en matériel, cette armée portera désormais tout comme le peuple finlandais le principe honorifique du "Sisu", l'esprit de résistance finlandais, un mythe national était né, renforçant l'engagement du Finlandais au front, ainsi que la Finlandaise en tant qu'auxiliaire au combat, connue sous le nom de Lotta ou Lotta Svärd. L'URSS, quant à elle, occupera la Carélie et sa capitale Viborg, Viipuri en finnois. 

"L'héroïque petite Finlande"

Ainsi signait le "Traité de Moscou" le 13 mars 1940. Ce traité n'était en réalité qu’une trêve. Au terme de ce traité, la Finlande perdait 30.000 km2 dont la Carélie, terre des bardes finlandais, les caréliens au nombre de 400.000 s'exilaient, et la Finlande perdait aussi Hanko, une  position stratégique entre le golfe de Botnie dans la mer Baltique et la Finlande. La Finlande maintenait l’état de guerre car la menace soviétique restait une réalité. La figure du maréchal Mannerheim, héros de l'indépendance, devenait légendaire.

Une autre guerre opposera la Finlande à l'URSS, mais cette fois avec la Wehrmacht aux côtés de l'armée finlandaise, ce sera "La guerre de Continuation" du 25 juin 1941 au 19 septembre 1944. Ensuite, commença pour la Finlande, une longue période "d'échanges" avec l'URSS, cela s'appelait la Finlandisation, ce petit pays du nord de l'Europe, à la longue frontière avec la grande Russie, allait traverser le demi-siècle à venir dans un bien long tunnel. On peut dire que la renaissance de la Finlande coïncida avec son entrée dans l'Union européenne en 1995.

L'embellie finlandaise

Il n'est pas vain de dire que l'entrée de la Finlande  dans l'Union européenne fut une réelle bouffée d'oxygène jusqu'en juillet 2014. Le fleuron finlandais Nokia, à l'origine société de bois et de pneus, allait devenir célèbre dans la téléphonie mobile tout au long des années 2000, puis initier un certain déclin, pour ne plus être finlandais.

Pays modèle de l'Union européenne, "le bon élève" comme on appelait la Finlande. Cette dernière connut un certain ralentissement à la décision de l'Union européenne de mettre en place des sanctions à l'égard de la Russie en juillet 2014. Dès lors les investisseurs et banquiers russes quittèrent la Finlande, le chômage devenait une réalité dans ce calme pays.

L'expérience du revenu universel

C'est la raison pour laquelle, afin de faire face au chômage de longue durée, le gouvernement finlandais avait mis en place ce test du revenu universel durant deux ans. Cette expérience était destinée à sortir les Finlandais d'un chômage de longue durée. Ainsi 2000 personnes au chômage avaient été choisies pour cet essai social, et toucheraient 560 euros par mois. Cette somme n'était pas réduite en cas de retour à un emploi.

Aujourd'hui le revenu universel finlandais a pris fin, le gouvernement évoque le fait que cela n'a pas aidé à réduire le chômage, quand les chercheurs contestent cette décision, et proposent qu'elle soit maintenue et étendue à un plus grand nombre de demandeurs d'emploi. "Les élections législatives du printemps prochain seront peut-être l'occasion de remettre ce dossier sur la table", souligne Annastiina Heikkilä, correspondante de la chaîne de télévision finlandaise Yle.

Vous êtes à nouveau en ligne