La déception après le dîner des 27 sur la croissance

Le 23 mai, les dirigeants des 27 pays de l'UE se sont retrouvés à Bruxelles pour un sommet informel consacré à la croissance. Des décisions formelles n'étaient pas attendues mais à cette occasion, on aurait pu davantage aborder les sujets de fond, selon les deux invités : Gero von RANDOW, correspondant à Paris du journal allemand "Die Zeit" et Carla SARABIA, du groupe de presse espagnol "Intereconomia".

Ce dîner de travail a été la première grande réunion européenne du nouveau président François Hollande, et il a fait bonne impression. Mais dans ses compte-rendus sur le sommet, la Presse a trop privilégié l'opposition franco-allemande sur les euro-obligations et la mutualisation de la Dette.

Cette question ne se réduit pas seulement à la France et à l'Allemagne, elle concerne toute l'Union européenne et soulève beaucoup de sujets qui devraient être débattus.

De son côté, Mariano Rajoy, le chef du gouvernement espagnol a souhaité que la Banque centrale européenne (BCE) injecte des liquidités dans le système bancaire espagnol mais cela ne comporte-t-il pas des risques ?