France : le redressement sera-t-il plus difficile que prévu ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Publiées cette semaine, les prévisions économiques de la Commission européenne donnent pour la France un taux de chômage un peu plus élevé en 2015 qu'en 2013. De même, le déficit public resterait au-dessus des 3% du PIB. Ces prévisions arrivent au moment où l'agence Standard and Poor's dégrade la note financière de la France. Commentaires de deux correspondantes à Paris : Ursula WELTER de Deutschlandradio et Ana NAVARRO PEDRO du journal portugais "Visao".

Le gouvernement aurait dû dès le début lancer les réformes économiques. Il a trop attendu et maintenant, face aux protestations et révoltes, c'est plus compliqué.

La France pourrait-elle se retrouver un jour dans la même situation que le Portugal ? Après tout, il y a des points communs : les déficits persistants, l'absence de croissance, le chômage, les dégradations de la note, le Portugal a connu tout cela en 2007-2008. Mais la France occupe un bon rang économique mondial et dispose d'atouts, notamment l'éducation.

En Allemagne, on estime que la crise n'est pas derrière nous. La Banque centrale européenne (BCE) a maintenant des marges de manoeuvre limitées, et on attend le résultat de tests de résistance réalisés auprès de 124 banques dans l'Union européenne. Pour l'Allemagne, l'insécurité est encore là dans la zone euro ; il faut donc continuer à faire les réformes. Mais quelles réformes ? N'est-ce pas certaines réformes qui empêchent la reprise dans les pays-membres du sud ?

Vous êtes à nouveau en ligne