Web séries : Réservoir de talents et contre-programmation

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les web séries demeurent encore un genre confidentiel qui ne parvient pas à émerger via les circuits traditionnels de diffusion. Intimement liées à internet, elles se révèlent peu à peu comme une contre-programmation des chaînes et comme un réservoir de talents en mesure de peser sur la production à l'avenir.

Quand on parle de web séries, on pense immédiatement à une bande de copains qui bricolent dans leur salon comme autrefois les apprentis rock stars grattouillaient la guitare dans leur garage. Ces productions qui proposent des épisodes d'une durée variable, le plus souvent de quelques minutes, demeurent encore largement auto-financées. Elles sont perçues comme un moyen d'accéder à la reconnaissance, de se faire un nom, d'avancer plus rapidement sur le chemin de la réussite, notamment en contournant les circuits traditionnels.

Les jeunes créateurs se tournent (pour certains d'entre eux) vers ce type de fiction car entrouvrir la porte d'une chaîne de télévision est perçu comme un parcours du combat, comme une lutte épuisante et chronophage dont on est quasiment certain de sortir vaincu. L'idée est de tenter sa chance, d'avoir la satisfaction de proposer quelque chose à regarder et non pas de vivre dans l'attente permanente de voir son projet recevoir un hypothétique feu vert tant les synopsis proposés aux diffuseurs traditionnels sont nombreux.

La conséquence de cette évolution est l'apparition d'une véritable contre-programmation, avec des web séries s'aventurant sur des terrains que la télévision n'oserait pas explorer parce que trop confidentiels, trop compliqués, trop peu vendeurs, trop tout, en fait. Si les web séries cherchent à capter des spectateurs, elles ne sont pas tributaires de l'audience. Le décompte de leur notoriété se fait par l'addition -souvent en profitant du bouche à oreille ou de la viralité liée à internet. Les chaînes comptent elles par soustraction à partir d'un niveau de parts de marché attendu avant la diffusion.

Le principal handicap dont souffrent les web séries est leur absence de référencement. On se trouve dans une forêt et il est très difficile d'y suivre un chemin. Leur besoin urgent est celle d'un ou de plusieurs sites capables de les recenser, de les classer, de les évaluer et ainsi de permettre aux spectateurs de pouvoir procéder à leurs choix de projection.

C'est le pari un peu fou mais réussi qu'a fait Joël Bassaget avec son site Web Séries Mag qui avec patience et intelligence met de l'ordre dans ce qui demeure un foisonnement encore brouillon. Cette semaine, il met notamment en lumière Ulysse , une série signée Nicolas Nédellec et Emilien Paron, à travers une interview des auteurs.

Les web séries ne sont pas rentables pour la très grande majorité d'entre elles, mais les succès rencontrés par certaines devraient changer un peu la donne en ce domaine dans les années à venir.

Vous êtes à nouveau en ligne