Pourquoi les yeux du chat luisent-ils dans le noir ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Vous l’avez remarqué dans votre ville, au détour d’une sombre ruelle, puis à Avoriaz dans un film d’horreur du festival. Voire même, dans la chanson d’Anne Sylvestre : "Les yeux de mon chat"…

Ce n’est pas un cas unique. La nuit, tous les matous ont les yeux qui brillent. Deux petits points lumineux qui terrorisent le passant, mais qui enchantent le cinéphile.

Dans la pénombre, les pupilles du chat s’élargissent pour capter plus de lumière. La fluorescence caractéristique de l’œil est causée par la présence de riboflavine, une molécule -comme par hasard- fluorescente, fixée sur les cellules chatoyantes de la couche Settler. [Avouez que ça impressionne, les cellules chatoyantes de la couche Settler !]

Il s’agit d’une couche de cellules réfléchissantes baptisées Tapedum Lucidum, suivant leur nom savant, en latin. En français, on le traduit par “tapis lumineux”. Schématiquement, ce lumineux tapis joue le rôle d’un miroir derrière la rétine, qui renvoie encore plus de lumière vers les cellules rétiniennes.

C’est lui que nous voyons briller dans le noir. Grâce à cet avantage optique, le chat n’a besoin que d’une infime luminosité pour savoir où il met les pieds. 

Nos yeux à nous, humains, sont incapables de telles prouesses

En vision crépusculaire, nous confondons les formes et surtout les couleurs. D’où l’expression : “La nuit, tous les chats sont gris”. 

Jusqu’à preuve du contraire...

Vous êtes à nouveau en ligne