Pourquoi les marins portent-ils des marinières ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Vous savez ce qu'on appelle une marinière : ce polo blanc rayé de bleu, qui sied aux matelots et au ministre Arnaud Montebourg, qui avait posé avec, en couverture d'un magazine pour vanter les productions Made in France. 

En dépit de
leur allure moderne façon sweat-shirt, les marinières sont apparues dès le
XVIIe siècle, comme en attestent des tableaux anglais et hollandais
représentant des batailles navales. 

La marinière a
également intégré le vestiaire français. Jusqu'au Second Empire, seuls les
uniformes des officiers étaient fixés et réglementés. Les matelots, eux,
embarquaient avec leurs propres vêtements. Le décret du 27 mars 1858 introduit
la marinière dans l'uniforme officiel des quartiers-maîtres et des matelots de
la marine nationale. Il fixe précisément ses caractéristiques : les
rayures bleu indigo sont au nombre de 20 sur le torse et le dos, et de 14 sur les manches ; elles doivent être larges de 10 millimètres et
espacées de 20. Et non l'inverse, vous comprendrez pourquoi. 

Puis la
marinière a quitté de domaine strict de la marine pour entrer dans celui de la
mode. C'est Coco Chanel en personne qui l'a utilisée la première, suivie par
bien d'autres au fil des décennies – Karl Lagerfeld et Jean-Paul Gaultier par
exemple. Jusqu'à l'équipe de France de football, qui adopte cette nouvelle
parure en 2011, en délaissant le sponsor Adidas au profit de Nike...

Ce qui ne nous
dit toujours pas pourquoi les marins l'ont adoptée... Eh bien voilà, ça commence
par un grand plouf!

La première difficulté
quand un homme tombe à la mer, avant même de parvenir à le remonter à bord,
consiste à l'apercevoir dans les flots agités. Or la marinière rend son
repérage plus facile, à cause des rayures. Surtout si elle claire. Voici pourquoi elle est blanche à rayures bleues, et non pas bleue à rayures
blanches. Ce serait plus sombre.  

Le fluo
n'existait pas sous Napoléon III. Et les requins se fichent de la mode. 

Jusqu'à preuve
du contraire...