Pourquoi l'amour existe-t-il ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L’amour est partout. Dans toutes les têtes et sur toutes les bouches. Il fait marcher le commerce et battre le coeur.

On n’y fait même plus attention. Et pourtant, l’amour est une exception. Je ne parle pas de vous. Je parle du lombric, de la girafe, du coléoptère, de la tortue, des écrevisses.

Pourquoi l’amour existe-t-il ?

Je sais : la question semble étrange. Pourquoi l’amour n’existerait-il pas? Madame girafe vit très bien sans le père de ses enfants. Et réciproquement : monsieur girafe ne s’en porte pas plus mal non plus. Ils se sont vus, ils se sont plu, ils se sont accouplés, et basta! Pour la prochaine grossesse, chacun des deux ira voir ailleurs.

Au fait, avez-vous déjà vu un girafon sortir du ventre de sa maman? Il s’ébroue, se dresse tant bien que mal sur ses pattes, puis commence à marcher. Rien de tout ça avec le petit humain, qui a besoin de longs mois avant de se tenir debout. A sa naissance, le bébé n’est pas autonome, c’est comme s’il était prématuré. Il meurt s’il n’est pas couvé.

Vous allez me dire que les chatons ne trottent non plus en sortant du ventre de leur mère, qu’ils se trainent comme des larves dans sa couche. Oui, mais ils ont de la fourrure. Et donc ils peuvent rester des heures sans elle, quand elle est partie chasser. 

Oui, mais, qui va la nourrir, elle? Si elle s’absente longtemps, si elle part à la chasse, ou à la cueillette, son petit peut mourir de froid, de soif, ou se faire dévorer par un prédateur. Il faut donc un lien entre le mâle et la femelle pour la nourrir. Au moins un. S’il n’y a pas d’amour, le mâle ne chasse pas pour la femelle, et donc son/leur enfant meurt.

Raisonnons par l’absurde : supposons l’irruption sur terre d’une sous-espèce humaine chez laquelle l’amour ne fait aucun effet. Les bébés naissent, puis meurent. En conséquence de quoi, ils ne deviennent pas adultes. Et donc ne sont plus là pour se reproduire à leur tour.

Résultat : il possible de vivre sans amour. Mais pas de survivre.

Jusqu’à preuve du contraire…