Pourquoi a-t-on la chair de poule ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Vous l'avez remarqué : un petit courant d'air, une fatigue soudaine, et voilà que notre peau se met à ressembler à celle d'un poulet tout juste plumé. Des petites protubérances en pointe, du plus bel effet...

La peur aussi, d'après les textes, peut déboucher sur cette réaction
physique. C'est un phénomène qui amuse petits et grands. On s'exclame :
"Regarde, j'ai la chair de poule !".

Ce qui est assez curieux : pourquoi faire remarquer cette particularité disgracieuse ? Et surtout, à quoi peut-elle servir ? (car que l'on croie en Dieu ou en Darwin, rien n'est inutile dans le corps humain).  L'horripilation ,
comme l'appellent les savants, est liée à la présence d'un petit muscle fixé à
la base du poil. Cette réaction est en fait une partie de l'arsenal du corps
humain pour conserver autant possible une chaleur constante. En effet, la
couche d'air qui est emprisonnée entre la peau et les poils crée une isolation
naturelle.

Voilà le
fonctionnement du processus : des capteurs, situés sur la peau, détectent les
changements de la température extérieure. Quand c'est le cas, ils "préviennent" l'hypothalamus qui déclenche le redressement des
poils, la "chair de poule ". La pellicule d'air est alors à la
température du corps et va retarder le refroidissement de la peau.

Cela devait
très bien fonctionner quand les hommes des cavernes avaient beaucoup plus de
poils que maintenant. Heureusement, on a réussi à reproduire le principe avec
des polaires ! C'est un paradoxe : pour avoir chaud, il faut ménager des
couches d'air entre les vêtements.

Reste un
mystère : pourquoi a-t-on les poils qui se dressent quand on écoute une musique
qui nous transporte? Réponse dans les prochaines semaines. Jusqu'à preuve
du contraire...

Vous êtes à nouveau en ligne