Les Pourquoi. Pourquoi y a-t-il des gratte-ciel à Manhattan ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Il y a deux éléments dans la question :  pourquoi des gratte-ciel et pourquoi  à Manhattan ?

D’abord les gratte-ciel. Certes, dès le Moyen-Âge, certaines cathédrales dépassaient largement les 100 mètres de hauteur (à Strasbourg, la flèche culmine à 142 mètres), mais personne n’y habitait.

Les gratte-ciel sont apparus aux XIXe siècle, aux Etats-Unis et non pas en Europe, car là-bas, les centre-ville n’étaient pas encombrés de monuments historiques comme à Paris, Londres, ou Rome. 

L’épopée commence à Chicago, après le grand incendie de 1871. Une grande partie de la ville est à reconstruire et les terrains coûtent de plus en plus cher. Dans le même temps, les techniques ont progressé. On a inventé l’ascenseur (d’abord mécanique, puis hydraulique et enfin électrique) mais surtout, une nouvelle technique de construction : plus de murs porteurs mais une structure centrale en acier, beaucoup plus rigide et légère. Fini le bois, et donc les risques d’incendie.

Même si le premier immeuble de plus de douze étages a poussé à Chicago (le Home Insurance Building, en 1885), c’est ensuite New York qui s’est lancé dans le gigantisme vertical. Les 100 m sont dépassés en 1894 avec le « Manhattan Life Insurance Building », les 200 m en 1909 avec la tour « Metropolitan Life ». Viendront ensuite le Chrysler Building, puis l’Empire State Building en 1931.

Mais au fait,  pourquoi à Manhattan? 

Question de poids. Un gratte-ciel peut peser plusieurs centaines de milliers de tonnes. Il impose au sol une pression de plus d’une tonne par mètre carré (1,778 tonnes pour l’Empire State Building). Or il se trouve que la presqu’île de Manhattan repose sur de la roche très dure, du schiste, des quartz, des marbres. Ce sont les restes d’une ancienne chaîne de montagnes, (on en voit encore quelques roches dans Central Park). Conséquence : le sous-sol ne risquait pas de s’affaisser (contrairement à de la terre meuble, ou des marais comme on en trouve dans beaucoup de villes, à commencer par Paris).

Avec le temps, New York a été surpassée par l’Asie, puis le Moyen Orient. Pour l’heure, le plus haut gratte-ciel du monde culmine à Dubaï. C’est la tour Burj Khalifa : 828 mètres de hauteur. La première tour à dépasser les 1000 mètres (1km de haut!) devrait être livrée en 2018 à Djeddah en Arabie Saoudite. Elle s’élance sur du sable. Oui, du sable. Car en un siècle, les procédés ont encore évolué : les gratte-ciel enfouissent désormais leurs fondations élargies à plus de cent mètres sous terre.

Je sais : ce pourquoi n’a aucun rapport avec la Saint-Sylvestre. Sauf si vous êtes en vacances à New York. Dans tous les cas : je vous souhaite une bonne année, pleine de bons « pourquoi », et de bonnes réponses.  

 Jusqu’à preuve du contraire.