Les informés. Prélèvement à la source : " Si la réforme ne se fait pas maintenant, on est reparti pour 45 ans"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités des "Informés de franceinfo" sont notamment revenus, lundi soir, sur l'incertitude autour de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu.

Entrera en vigueur ou n'entrera pas. Telle est la question sur le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu qui est censé entrer en vigueur le 1er janvier 2019. Le gouvernement tergiverse et les invités des "Informés de franceinfo" sont revenus sur le sujet, lundi 3 septembre.

La réforme du prélèvement à la source, engagée sous le quinquennat du président socialiste François Hollande et déjà reportée une fois d'un an, doit conduire à ce que l'impôt soit collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement. Le président Emmanuel Macron organise, mardi, une réunion à l'Elysée sur le prélèvement à la source, avec le Premier ministre Edouard Philippe et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

L'extrait

Est-ce que le scénario de conserver la réforme et de la repousser d’une année est possible ?

Stéphane Vernay : Si la réforme ne se fait pas maintenant, on est reparti pour 45 ans. Souvenez-vous de Giscard en 1973. Pour un raison toute simple, il y a un aspect politique dans cette décision. Si on dit : "On ne le fait pas en 2019", on ne le fera pas en 2020, parce qu’en 2020, il y a les municipales. Et puis si on ne le fait pas en 2020, on le fera en 2021, c’est-à-dire l’année où commence la campagne pour la présidentielle, mais jamais on ne le fait.

Les invités

François D'Orcival, éditorialiste à Valeurs Actuelles.

Stéphane Vernay, directeur de la rédaction parisienne de Ouest France.

Caroline Mecary, avocate au barreau de Paris, conseillère à la mairie de Paris, membre de la majorité municipale.

Franck Louvrier, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy.

Vous êtes à nouveau en ligne