Les Informés. Ordonnances de la loi travail : "C'était le Noël de Pierre Gattaz"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Au menu des Informés de franceinfo vendredi soir : les ordonnances de la loi travail et l'avenir des Républicains. 

Loi travail : des "régressions" et "un avenir de précarité" pour la jeunesse ?

Benjamin Lucas, président du Mouvement des Jeunes Socialistes, a critiqué vendredi 1er septembre sur franceinfo les ordonnances de la loi travail, dévoilées la veille par Édouard Philippe et Muriel Pénicaud, qu'il a résumé comme "le Noël de Pierre Gattaz". Selon lui, "ce qui est demandé par les entreprises ce n’est pas de pouvoir licencier plus facilement ou d’avoir des contrats plus précaires, c’est d’avoir des carnets de commande qui se remplissent."

On peut faire des choses pour créer de l’emploi qui ne soient pas forcément des régressions ou un avenir de précarité et de pauvreté promis à la jeunesse

Benjamin Lucas, président du Mouvement des Jeunes Socialistes

à franceinfo

Il a mis en lumière "le rôle de l’investissement, de la puissance publique, de la transition énergétique dans laquelle on pourrait investir et qui créant des centaines de millions d’emplois." Il a évoqué les réformes de Martine Aubry : "La dernière fois qu’on a créé massivement de l’emploi dans ce pays, c’est quand on a partagé le temps de travail."

Les Républicains : à (l'extrême) droite toute ?

Quel-le président-e pour Les Républicains ? Le parti élira son ou sa représentant-e en décembre prochain. Le favori, Laurent Wauquiez, a déclaré sa candidature jeudi 31 août. Il est le représentant d'une droite "très dure et très proche du Front national" pour Benjamin Lucas. Une analyse et une "inquiétude" partagées par Éric Chol, directeur de la rédaction de Courrier International.

Ce nouveau virage à droite des Républicains est inquiétant, et c'est une erreur politique

Éric Chol, directeur de la rédaction de Courrier International

à franceinfo

Il a rappelé les précédents : "En 2012, Nicolas Sarkozy, avec la ligne Buisson", "Fillon et Sens commun". Même constat selon lui : "ça n'a pas fonctionné". "Ce n'est pas une nécessité pour la droite d'aller toujours plus à droite, c'est une erreur tactique forte des Républicains." a-t-il conclu. 

c

Vous êtes à nouveau en ligne