Les Informés. Le Pen-Macron à Amiens : "Ce n’est pas la même chose de venir faire des selfies sur un parking et venir à l’invitation de l’intersyndicale"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités des "Informés de franceinfo" ont évoqué, mercredi soir, la folle journée d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen à Amiens (Somme), ainsi que l'attitude de Jean-Luc Mélenchon qui a appelé ses sympathisants à se prononcer sur l'attitude à adopter lors du second tour de l'élection présidentielle.

Passe d'armes à Amiens

Le second tour de l'élection présidentielle est désormais bel et bien lancé. Marine Le Pen a pris par surprise Emmanuel Macron, mercredi 26 avril. La candidate du Front national s'est rendue, dans la matinée, auprès des salariés de l'usine Whirlpool d'Amiens, dans la Somme, dont l'activité est menacée de délocalisation en Pologne. Pendant ce temps-là, Emmanuel Macron a rencontré l'intersyndicale à la Chambre de commerce et d'industrie. Il a rendu visite, dans l'après-midi, aux salariés de l'entreprise en difficulté. 

"Il est venu par ce qu’on lui a demandé de venir. Ce n’est pas la même chose de venir faire des selfies sur un parking et venir à l’invitation de l’intersyndicale", a tancé Aurore Bergé, élue des Yvelines et membre du comité politique En Marche !. L'humoriste et chroniqueur à France Inter Guillaume Meurice n'a pas vraiment goûté cette "com' politique dans ce qu'il y a de plus dégueulasse. Ni Le Pen, ni Macron ne propose quelque chose d'intéressant" pour les salariés de Whirlpool.

Mélenchon consulte… et se tait

Jean-Luc Mélenchon n'a rien dit. Deux jours après le scrutin, qui l'a vu arriver en quatrième position du premier tout de l'élection présidentielle, le candidat de la France insoumise n'a toujours pas donné de consigne de vote. Il s'en remet à ses soutiens. Jean-Luc Mélenchon a appelé ses sympathisants à se prononcer, pendant une semaine, sur l'attitude à adopter lors du seconde tour. Cette consultation sera close le mardi 2 mai à midi.

"Je pense que derrière cette décision, il y a une rancœur personnelle d’avoir terminé à la quatrième place", a jugé Eric Mettout, directeur adjoint de la rédaction de L'Express. Audrey Goutard, chef adjointe du service Enquêtes/Reportages de France 2, a relevé pour sa part que "Marine Le Pen a sauté sur l'occasion. Steve Briois a lancé un appel à peine caché" aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon.

>>> L'émission dans son intégralité en vidéo