Les Informés. "Finalement, Emmanuel Macron est omniprésent, sur tous les terrains, y compris au Tour de France"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Démission du chef d'état-major des armées et visite (surprise) d'Emmanuel Macron aux députés LERM étaient au programme des Informés, mercredi soir sur franceinfo.

Emmanuel Macron devant les députés LREM

Emmanuel Macron a rendu une visite surprise aux députés de la majorité, mardi 18 juillet. Il leur a assuré qu'il n'y aura pas de "caporalisme" ni "d'ordre jupitérien". "C'est totalement contradictoire ce que dis Macron" a commencé Jean-Baptiste Daoulas, journaliste politique à L’Express. "Ce n'est pas possible de demander aux gens de rester libres, de ne pas être caporalisés, d'avoir du répondant, et en même temps, d'appliquer son programme à la lettre." a-t-il précisé.

Emmanuel Macron enferme sa majorité dans quelque chose d'extrêmement compliqué. 

Jean-Baptiste Daoulas, journaliste politique à "L’Express"

à franceinfo

Audrey Goutard, chef adjointe du service Enquêtes et Reportages de France 2, a complété : "Finalement il est omniprésent, il est partout, on le voit sur tous les terrains, y compris sur le Tour de France. Il est obligé de tenir ses troupes."

Démission de l'état-major de l'armée : "le choc de rupture"

Le général de Villiers, chef de l'état-major des armées, a démissionné mercredi 19 juillet, après une semaine de polémique autour du budget de l'armée. Le président de la République a annoncé des restrictions, après avoir promis, lors de la campagne présidentielle, d'amener les moyens militaires à 2% du PIB. Pierre Servent, journaliste et auteur de Les Présidents et la guerre, 1958-2017a dénoncé "le choc de rupture". 

Selon lui, Emmanuel Macron a ruiné la confiance qu'il avait acquise auprès des militaires dans les premiers jours de son mandat : "Ils ont admiré le président Macron dans son démarrage qui a fait un sans-faute sur le plan militaire en termes d'incarnation, de symbolique, l'arrivée à Gao, les blessés de Percy, le style..." 

C'est bien beau de descendre les Champs-Élysées, c'est bien beau de descendre dans un sous-marin, mais la réalité ce n'est pas ça

Xavier Denamur, restaurateur

à franceinfo

Xavier Denamur, restaurateur, a accusé de son côté "l'amateurisme" et "la com" du chef de l'État : "Emmanuel Macron était quand même ministre de l'Économie. Avant, il s'occupait de questions de finances et d'économie à l'Élysée, donc il est au courant des dérapages budgétaires... ça apparait tout d'un coup, ça fait plutôt amateurisme et bordélique, non préparé, et ça, les militaires ne le supportent pas."

Vous êtes à nouveau en ligne