Garde à vue de Nicolas Sarkozy : "un événement important", mais "qui tient de l’attraction médiatique", estime le journaliste Vincent Trémolet

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les Informés de franceinfo sont notamment revenus mardi soir sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy à Nanterre.

Les Informés de franceinfo ont reçu Geoffrey Le Guilcher, journaliste indépendant, directeur de collection aux éditions Goutte d’Or, Robin Rivaton, économiste et essayiste, directeur général de Paris Région Entreprises, Vincent Trémolet, rédacteur en chef des pages Débats Opinions du Figaro, Valérie Rabault, députée Nouvelle Gauche de la 1ère circonscription du Tarn-et-Garonne et Christophe Alix, journaliste au service Pouvoirs de Libération.

Extrait. Les Informés de franceinfo sont notamment revenus mardi soir sur la garde à vue de Nicolas Sarkozy à Nanterre (Hautes-de-Seine) dans le cadre des soupçons de financement libyen de sa campagne électorale en 2007. Quelles sont les conséquences politiques pour la droite ? Le journaliste du Figaro Vincent Trémolet estime qu'"il faut voir jusqu’où ça va. Le moment de la garde à vue n’est pas agréable pour eux, à partir du moment où il va sortir de garde à vue on va voir ce qui va se passer : s’il y a une mise en examen, témoin assisté, ou rien du tout. Ca va reprendre le cours des affaires judiciaires qui sont longues." 

Vincent Trémolet estime ainsi que "Nicolas Sarkozy est un pré-retraité de la vie politique. Ce qui est intéressant dans ce qu’on voit sur le plan politique et médiatique, c’est l’attraction qu’il exerce. C’est une espèce de personnage de western, à partir du moment où il y a Nicolas Sarkozy tout s’arrête. C’est un événement important, mais il y a quelque chose qui tient de l’attraction médiatique supérieure aux autres hommes politiques. On lui donne un rôle de parrain à droite, je pense que c’est quelqu’un dont la carrière politique est maintenant derrière lui."

Vous êtes à nouveau en ligne