Évacuation de Tolbiac : "Quand on lâche la maréchaussée, cela donne un sentiment d’impuissance"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Les invités des "Informés de franceinfo" sont notamment revenus, vendredi soir, sur l’évacuation de l’université de Tolbiac.

L'évacuation de l'université Tolbiac vendredi 20 avril a été saluée par l'exécutif. Dans la soirée, la préfecture de police de Paris a démenti qu'un occupant du site a été grièvement blessé lors de l'opération, ce qu'affirmait le site Reporterre. Il n'y a "aucun blessé grave", affirme la préfecture dans un communiquéLes invités des "Informés de franceinfo" sont notamment revenus sur cette situation où les étudiants opposés à la réforme de l'université, font entendre leurs voix.

L'extrait 

franceinfo : Pour le gouvernement, c’était important d’évacuer les occupants et de montrer qu’il fallait rétablir l’ordre ? La réponse d'Antoine Buéno écrivain, chroniqueur et humoriste.

Antoine Buéno : Je ne suis pas certain que ça soit très habile. J’ai vécu ça sur le vif car je n’habite pas très loin de Tolbiac et je peux dire que le dispositif était pour le moins impressionnant. Quand on sait qu’il y a cette débauche de fourgons de CRS qui arrivent pour évacuer 100 malheureux occupants, je ne suis pas sûr que l’impact, en termes d’images, soit extrêmement heureux (…) Quand on lâche la maréchaussée, paradoxalement cela donne un sentiment d’impuissance. Ça donne l’impression qu’on n’arrive pas à faire passer des choses de manières pédagogique, mais qu’on est obligé d’utiliser la violence.

Les invités

Éric Chol directeur de la rédaction de Courrier International

Étienne Girard journaliste politique à Marianne

Antoine Buéno écrivain, chroniqueur et humoriste

Alexis Poulin journaliste, directeur de la publication du site Le Monde moderne

Vous êtes à nouveau en ligne