L'épidémie de Covid-19 a-t-elle enterré la rigueur budgétaire ? La crise sera-t-elle moins grave qu'annoncé ? Les débats de l'éco du 27 septembre

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le dimanche soir, deux économistes débattent autour des sujets qui ont ou vont marquer l’actualité économique et sociale.

Les retombées de la pandémie de Covid-19 sur les économies des pays touchés continuent. Mais les scénarios les plus sombres semblent s'éloigner.

Crise : le pire est-il certain ?

L'OCDE, le FMI et la Réserve fédérale américaine tiennent le même discours : la contraction de l’économie en 2020 s’annonce moins importante que prévu. Cette semaine, l’Acoss (Agence centrale des organismes de Sécurité sociale) a annoncé que le nombre de déclarations d'embauche de plus d'un mois (hors intérim) avait progressé de 10% en août en France, revenant ainsi à son niveau d'avant la crise du Covid-19.

Le pire est-il encore certain ? Comment expliquer ce regain d'optimisme ? Cela changera-t-il quelque chose pour les plans de relance ?

Adieu la rigueur budgétaire ?

Après l'Allemagne et en attendant l'Italie, la France présente lundi 28 septembre son projet de budget pour 2021, déclinaison nationale du méga-plan de relance européen négocié cet été. L'Allemagne a entériné mercredi l'abandon de la rigueur budgétaire pour 2021, la Grande-Bretagne ne présentera pas de budget cet automne. La rigueur budgétaire est-elle encore d'actualité en Europe ? Est-ce plus dangereux pour certains pays que pour d'autres ? Ou est-ce le signe d’une meilleure coordination budgétaire en Europe ?

Les invités :

Elise Huillery, membre du Conseil d’analyse économique, professeure à l’Université Paris-Dauphine, et Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes.

Vous êtes à nouveau en ligne