Rony Brauman : "L'année 1979 a changé mon regard sur le monde"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Chaque lundi, un invité évoque un événement public qui l'a marqué. Aujourd'hui, l'ancien président de Médecins Sans Frontières, Rony Brauman revient sur l'année 1979.

Pionnier de la médecine humanitaire, Rony Brauman a voyagé dans le monde entier. De nombreux événements ont changé sa vision de l'homme et de la politique, mais il choisit d'en retenir un : l'intervention de la France pour destituer l'empereur Bokassa, en Centrafrique, en 1979.

A l'époque, Rony Brauman est en Thaïlande. Il travaille pour Médecins Sans Frontières auprès des réfugiés cambodgiens après l'invasion du Cambodge par le Viêt-Nam et la chute de Pol Pot. L'opération en Centrafrique intervient donc au coeur d'une année particulièrement riche : le Nicaragua change de main, le Shah d'Iran est renversé par la révolution
islamique, etc.

En Centrafrique, en 1979, des rumeurs circulent sur un massacre : l'empereur est accusé d'avoir commandité une tuerie, certains auraient même découvert des restes de chair humaine dans un réfrigérateur du palais. Sur le moment, Rony Brauman est sceptique quant aux accusations de cannibalisme et prend conscience que la "représentation fantasmagorique" du barbare cannibale est un outil de propagande.

Avec le recul, l'intervention française qui s'inspire de considérations liées aux droits de l'homme pour destituer un régime et placer un nouveau pouvoir politique prend tout son sens à l'heure où une possible intervention de l'armée française en Syrie fait débat : "Il faut intervenir sur le plan humanitaire uniquement " , selon Rony Brauman.

Vous êtes à nouveau en ligne