Nicolas Sarkozy : une campagne marquée par le doute

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"Le problème du président, c'est lui-même" : c'est avec ces mots que Jean Castex, secrétaire général général adjoint de l'Élysée décrit la course à la présidentielle de Nicolas Sarkozy. Retour, dans les Choix de France Info, sur une campagne emprunte de doutes, de divisions, et d'espoir.

Philippe Corbé est journaliste, il a suivi la campagne de l'intérieur et la raconte dans un journal de bord : "La dernière campagne, les 500 jours du sarkozysme" publié chez Grasset.

Le doute, tout d'abord, semble être présent depuis des mois chez les dirigeants de la majorité. Certains croyaient à un retournement de situation mais Alain Juppé doute et met en cause, lui aussi, la personnalité du candidat et ses capacités à rompre avec les erreurs du quinquennat, dont l'affaire de la nomination de Jean sarkozy à la tête de l'EPAD.

Deux stratégies se sont en fait opposées depuis début 2011 dans la manière de faire campagne raconte Philippe Corbé. D'un côté, les élus et les ministres, qui voulaient dire la vérité aux français sur la situation de la France et de l'autre, "la stratégie Buisson" (du nom du conseiller spécial de l'Elysée) : opposer le peuple aux élites.

Nicolas Sarkozy a préféré suivre les conseils de Patrick Buisson. "Il y a cru jusqu'au dernier jour " témoigne Philippe Corbé. Pourtant, le 15 Avril, lors du meeting de la place de la Concorde à Paris, beaucoup de ministres ont compris que la bataille était perdue.

Vous êtes à nouveau en ligne