"L'Indignée de la République" : la biographie non autorisée d'Eva Joly

A trois mois de l'élection présidentielle, retour sur une candidate atypique qui a du mal à trouver sa place dans le paysage politique français : Eva Joly.

Une grande force de caractère, une confiance en elle infaillible et un destin exceptionnel : Eva Joly apparait dans l'ouvrage ré-édité de Mathieu Aron (directeur de la rédaction de France Inter) et Marie-France Etchegoin   (édité chez Robert Laffont), comme une personnalité hors du commun.

Arrivée à Paris pour être jeune fille au pair dans une famille bourgeoise, elle devient quelques années plus tard assistante juridique dans un hopital psychiatrique. C'est par ce biais qu'elle découvre le droit, et à 40 ans, elle devient magistrate.

Le monde de la finance est, selon elle, vérolé et elle part en croisade, à travers l'affaire Elf, contre son dirigeant qu'elle mènera en prison : Loïk Le Floch-Prigent , au terme de ce qui reste le plus gros scandale politico-financière jamais instruit.

Pourtant chaleureuse et drôle en privé, la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts souffre d'un désamour du public. Mathieu Aron explique cette dichotomie :

"Elle renvoie aux Français l'image d'une société corrompue."

Eva Joly est finalement trop norvégienne pour les Français et trop française pour les Norvégiens qui lui reprochent son départ précipité. Un manque d'appartenance à une patrie qui peut expliquer ses ambitions pour la France.

Vous êtes à nouveau en ligne