Faut-il réformer le congé parental ?

Au nom de la parité, le gouvernement veut réformer le congé parental. Un projet de loi sera examiné ce mercredi 3 juillet en Conseil des ministres. La durée du congé restera à trois ans, mais seulement à condition que le second parent, c'est-à-dire le père, s'arrête au moins six mois.

Actuellement, le congé parental dure jusqu'à trois ans. Les
pères et les mères peuvent l'utiliser à tout moment, jusqu'aux trois ans de
l'enfant. Pendant cette période, celui ou celle qui cesse son activité
professionnelle est rémunéré 573 euros par mois.

Dans 97% des cas, c'est la femme qui s'arrête de travailler.
C'est cela que le gouvernement veut changer. La durée du congé restera de trois
ans, mais seulement à condition que le second parent, c'est-à-dire le père,
s'arrête au moins six mois. Deux ans et demi pour la mère, six mois pour le
père. Ce sera la nouvelle règle.

"C'est un progrès et une avancée pour l'égalité qui va
permettre de partager le congé parental
", explique Anne-Cécile Mailfert,
porte-parole d'Osez le féminisme
. "Le congé parental c'est un moment
crucial au niveau de la répartition des tâches au sein du couple. Il y a une
nécessité d'avoir une politique incitative qui va pousser les choses. Il faut
inciter les hommes à avancer vers l'égalité. Ils ont également leur rôle à
jouer dans la construction de l'égalité entres les hommes et les femmes.
"

Une contrainte ?

"La réforme qui est prévue n'est pas une incitation
mais une contrainte
", estime Guillemette Leneveu, la Directrice générale
de l'Union Nationale des Associations Familiales
. "On est d'accord pour
que les pères puissent prendre ce congé, mais la réforme est très brutale
puisqu'elle prévoit d'emblée une période de six mois. On va imposer au sein d'un congé existant une période réservée aux pères.
"

Vous êtes à nouveau en ligne