"Elisa, 24 ans, deux semaines derrière les barreaux en Turquie"

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Elisa, une Française de 24 ans, vient de rentrer à Paris, après deux semaines derrière les barreaux. Etudiante à Istanbul, elle a été arrêtée le 11 juin par des policiers en marge d'une manifestation. Ils l'ont placée en garde à vue et l'ont interrogé pendant quatre jours, en l'accusant d'activités terroristes. Problèmes d'hygiène, de langue, manque d'informations... Elisa témoigne.

Au tribunal, aucune charge n'est retenue contre elle.
Pourtant, elle va rester deux semaines en détention avant d'être expulsée. "A
ce moment-là j'étais persuadée d'être libre. Mais on me dit qu'il y a encore
quelque chose à faire parce que je suis étrangère. Je pensais que c'était
quelques papiers à signer en plus, on m'a déposée à un autre endroit sans rien m'expliquer. Il
s'est avéré que c'était un centre de rétention.
"

Dans ce centre de rétention, qui compte environ 350
personnes, elle se retrouve dans une chambre avec 20 personnes, où sont mélangés femmes et enfants. Elisa va alors
être confrontée à des problèmes d'hygiène, de nourritures, et constater les problèmes liés à la barrière de la langue. "Les
non turcophones n'ont à aucun moment accès à un traducteur pour communiquer
avec le police. On signe alors des papiers sans savoir ce qui est écrit dessus,
on ne sait pas où en est notre dossier, on ne peut demander aucune information.
"

Elisa parle français, anglais et turc. "J'ai pu discuter avec tout le monde et les gens racontent très facilement leur histoire. Cela a été une mine d'information, de témoignages de vie. "

Vous êtes à nouveau en ligne