"Des inondations rares mais pas exceptionnelles", Magali Reghezza-Zitt

Le niveau de la Seine reste très élevé, mais la situation semble sous contrôle. Bien que la ville de Troyes n'ait pas été inondée, les pompiers continuent quand même de surveiller le fleuve. Le pic de la crue pourrait survenir dans la journée.

Ces derniers jours, plusieurs communes ont subi des
inondations, en Côte d'Or, dans l'Yonne et en Haute-Marne. Plusieurs rivières
ont débordé. A Paris, la Seine est beaucoup plus haute que d'habitude. L'Aube
est le dernier département encore placé en vigilance orange aux inondations,
indique Météo France. Les autorités craignaient un pic de crue de la Seine à
Troyes dans la nuit, mais le pire a été évité.

Une situation rare mais pas exceptionnelle, explique Magali
Reghezza-Zitt, géographe, spécialiste de la prévention des inondations. "Ce
sont des crues qui reviennent régulièrement sur le territoire national.
"
Mais on ne peut pas parler de régularité. "On arrive, en regardant sur
plusieurs siècles, à estimer des moyennes de retour. En moyenne, on en aura une
par siècle.
"

Plus grave qu'en 1910

La crue de 1910 est LA grande référence pour la Seine. L'eau
avait envahi les rues de Paris et certains habitants circulaient en barque. Une
situation qui pourrait se reproduire. "Cela va arriver dans les mêmes
conditions, peut-être même avec un niveau plus haut, mais certainement pas
demain. Dans sa vie, un
Français a deux chances sur trois de voir une crue de la Seine de cette ampleur
là.
"

Paris et sa banlieue ont très nettement évolué depuis 1910 : les villes se sont beaucoup développées, y compris au bord du fleuve.
Des changements qui auront un impact en cas de forte crue. "Les
perturbations que nous sommes amenés à connaître seront bien plus importantes
et bien plus graves que celles que l'on a eues en 1910,
" explique Magali Reghezza-Zitt

Les mesures mises en place

Les problèmes principaux en cas d'inondation
sont les dommages dits fonctionnels, qui touchent la vie quotidienne,
économique et qui s'étalent bien au-delà de la zone inondée. L'absence d'électricité aurait des conséquences immédiates.

"Il y a un système de protection technique, barrages,
réservoirs, digues, qui permettent d'enlever environ 70 cm dans le meilleur des cas.
Ensuite, il y a le plan de secours qui va permettre de protéger la vie des
personnes et de revenir à la normal le plus rapidement possible.
"

Magali Reghezza-Zitt est l'auteur de Paris coule-t-il
?
(Fayard)