Les internats d'excellence sont-ils un échec ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Ces établissements ont été créés sous Nicolas Sarkozy pour accueillir les élèves méritants issus de milieux défavorisés. Il en existe 44 mais l'un d'eux va fermer dans un an : celui de Cachan, dans le Val-de-Marne.

Les internats dits "d'excellence" sont un symbole de la discrimination positive à la française. Ils s'adressent à des jeunes qui ne peuvent travailler correctement chez eux (situation familiale difficile, parents malades ou absents le week-end, etc.). Ils offrent une scolarité personnalisée avec des conditions de travail optimales en dehors des cours (accompagnement, révision et préparation aux devoirs).

Anne Lamotte s'est rendue à l'internat de Cachan. Notre reporter y a rencontré des élèves, des parents et des encadrants en colère contre cette fermeture. Mais pour Dominique Chauvin, du SNES-FSU de Créteil, ces internats sont loin d'être parfaits. D'abord ils coûtent cher (plus de 600 millions d'euros en six ans) et ils ont été "conçus comme une vitrine pour cacher les moyens qu'on enlevait ailleurs ".

Dominique Chauvin regrette aussi que les élèves soient en circuit fermé. Il vaudrait mieux, selon lui, qu'ils soient dans des collèges ordinaires mélangés aux autres élèves avec des moyens renforcés dans les collèges difficiles.

Vous êtes à nouveau en ligne