Redécouvrez l'auteur américain James Salter

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

James Salter. Moins connu que Nabokov, Fitzgerald, Hemingway, mais de la même famille. Stylé, doucement mélancolique, impressionniste, sensuel à mort, à cette autre différence près que lui, il est vivant. Il publie, à la rentrée prochaine, aux Etats-Unis, un nouveau livre très attendu. En attendant, son éditeur français republie son oeuvre.

Qui est Salter ? Un ancien pilote de l'US Air Force , un ancien de la
guerre de Corée qui, parce qu'il avait lu Saint-Exupéry, a décidé de
passer du côté de la littérature. Il a aussi été scénariste à Hollywood. Il a gardé de ces années de pilote une écriture
rapide comme l'éclair.

"Un bonheur parfait"

On est à Long Island. Dès les
premières pages se déploie un paysage magnifique. C'est là que vit un couple, Viri et Nedra, avec leurs deux fillettes adorables, un
poney, un chien, un lapin. Lui est architecte brillant. Elle est la grâce même. Elle organise à merveille les goûters pour les enfants, les Noëls. Viri n'est
pas mal non plus, père attentif, ils ont beaucoup d'amis, cultivés comme eux,
assez aisés comme eux, ils donnent l'image d'un bonheur parfait. Et puis un
jour Viri se met à tromper Nedra, Nedra à tromper Viri. Ca pourrait n'avoir aucune conséquence sauf que... Ils se posent la question fatale : sommes-nous
heureux ? Et là, c'est la dégringolade. Depuis Tendre et la nuit, on n'avait
pas parlé aussi bien du couple... 

 "Une vie à brûler", les mémoires de James Salter

On découvre James Salter en 1925. Il s'appelle alors James Horowitz. On est à
New York, au bord de l'Hudson. Le jeune homme rêve de s'embarquer sur les bateaux qui
passent dans la brume. Et puis on le suit avec ses copains de classe, Julien
Beck et Jack Kerouac. Puis l'académie militaire de West Point. Il y a la guerre de Corée, l'Allemagne, le Maroc, et la France, qui va le fasciner, et lui donner
envie de démissionner de l'US Air Force pour écrire. Il est guidé par une phrase : "Ce n'est que dans les livres qu'on trouve la
perfection. L'art, en un sens, est la vie amenée à s'immobiliser, rescapée du
temps
". 

Vous êtes à nouveau en ligne