"La cité rose", de Julien Abraham

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

"La Cité Rose", de Julien Abraham, nous plonge dans le quotidien d'une cité de Seine-Saint-Denis. Le réalisateur a voulu montrer que la cité n'était pas que violence et qu'il y faisait aussi bon vivre.

Le plus souvent on ne voit les cités qu'à travers de courtes
scènes de violence où les clichés s'amoncellent. Un choix que n'a pas fait
Julien Abraham, qui, dès les premières scènes nous livre des images qui sonnent
vraies, et dont les lieux communs sont proscrits.

"On a voulu que cette histoire nous soit racontée sans
cliché du monde adulte, par un enfant qui y rentre. On s'inspire du réel, mais
ce n'est que de la fiction. Il fallait que le film soit le plus réaliste
possible pour que les gens de cités et de quartiers s'y reconnaissent, mais aussi
pour que les personnes qui ne sont jamais allées dans une cité soient plongés dans cet univers,
" explique Julien Abraham.

Synopsis : "Mitraillette" a 12 ans. Il vit à
la Cité Rose, sa cité qu'il ne quitterait pour rien au monde. Son univers,
c'est sa famille : Isma, son cousin de 16 ans, qui admire Narcisse, le caïd du
quartier et prend un mauvais chemin. Son grand frère, Djibril, 22 ans, étudiant
à La Sorbonne et qui rêve de devenir avocat. Mitraillette, lui, aimerait juste
sortir avec Océane, la plus belle fille du collège... Leurs destins sont liés,
au sein d'un quartier, au cœur de ses tours où les rêves, parfois, se payent
cash.

Vous êtes à nouveau en ligne