"Gaston et Gustave" d'Olivier Frébourg

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Comme chaque jeudi, avec Christophe Ono-dit-Biot de la rédaction du Point. Aujourd'hui, il a choisi un récit bouleversant, "Gaston et Gustave" d'Olivier Frébourg. L'histoire d'un homme victime de la littérature, qui a été capable de lui enlever un fils pas encore né. Un livre terriblement beau.

Mot de l'éditeur

Gaston est un très grand prématuré. A sa naissance, il a été séparé de son jumeau. Dans le service néonatal de l’hôpital de Rouen dont l’entrée est gardée par la statue de Gustave Flaubert, il lutte pour respirer. Gaston c’est mon fils.

Gustave est le « patron » des écrivains. Il refusa d’être père pour écrire Mme Bovary ou l’Education sentimentale. Il y a des moments où l’on aimerait se débarrasser de la littérature parce qu’elle ne console jamais des catastrophes. Et pourtant, à la naissance de Gaston, la statue de Flaubert s’est avancée vers moi. Gaston et Gustave se sont retrouvés unis dans la tempête et le naufrage, peau contre peau. Je n’ai pas eu d’autre choix que d’écrire ce livre. J’avais quitté le monde des vivants pour celui des limbes où je réchauffais mes deux fils.

O.F.

Vous êtes à nouveau en ligne