Vincent Peillon dit-il vrai sur le chômage des jeunes ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Le ministre de l'Education affirme que le chômage des jeunes a été divisé par deux entre 1997 et 2002 et qu'il a ensuite doublé entre 2002 et 2012. Vrai ou faux ? Réponse ici.

Vincent Peillon était l'invité de iTélé mardi dernier. Alors que les emplois d'avenir sont en phase de lancement, le ministre de l'Education dénonce le bilan de la droite sur le chômage des jeunes et, à l'inverse, il loue l'action de la gauche. "Nous sommes partis (du pouvoir NDLR) en 2002 avec un chômage des jeunes qui était moitié moindre de celui de 1997. Nous revenons en 2012 avec un chômage des jeunes qui a à nouveau doublé".

Faux

Vincent Peillon parle de deux périodes. Le gouvernement Jospin (socialiste) entre 1997 et 2002 et les quinquennats Chirac et Sarkozy entre 2002 et 2012 (droite).
Quand Lionel Jospin arrive au pouvoir en juin 1997, le taux de chômage des moins de 25 ans au sens du Bureau International du Travail est de 23,1%, d'après l'INSEE (2e trimestre 1997).
Cinq ans après, en mai 2002, Lionel Jospin quitte Matignon avec un taux de chômage à 17,1% (2e trimestre 2002).
Il est clair qu'il n'y a pas eu de division du taux de chômage par deux.  
Aujourd'hui, la gauche et de retour au pouvoir. Le taux de chômage est de 23,3 % (1er trimestre 2012). Entre 17,1% en 2002 et 23,3 % en 2012, il n'y a pas de doublement, comme le dit Vincent Peillon. Encore faux.

1997–2002 : période favorable

En revanche, il est vrai que la période 1997-2002 a été favorable à l'emploi des jeunes et à l'emploi en général.
A partir de 1996, les pays de l'OCDE ont connu une croissance soutenue qui durera cinq ans environ. En France, l'emploi des jeunes en bénéficie. D'après Christine Erhel, chercheuse au Centre d'Etude de l'Emploi, "les 35 heures ont contribué à des créations d'emplois dans cette période [...] et puis aussi, dans une moindre mesure, [...] les emplois jeunes qui ont été mis en place à partir de 1998 ont contribué pour le public spécifique jeune à des créations d'emplois sur cette période".  

Un autre facteur explique la baisse du chômage des jeunes à cette époque. Le marché du travail avait changé depuis la fin des années 80. Il était devenu plus flexible et plus réactif à la conjoncture avec le développement des CDD et de l'intérim.
Les économistes disent qu'on a "enrichi la croissance en emplois", ce qui signifie que pour un même taux de croissance, on a créé plus d'emplois qu'auparavant.  

Vous êtes à nouveau en ligne