"Moins de syndiqués en France qu'ailleurs en Europe" ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La députée Les Républicains Nathalie Kosciusko-Morizet est formelle : "On est ceux qui ont le plus grand nombre de syndicats et le moins grand nombre de salariés inscrits dans ces syndicats". Plutôt vrai.

Il y a effectivement très peu de syndiqués en France si l'on compare avec nos voisins. Entre 7 et 8% de la population active française adhère à une organisation syndicale, ce qui représente environ deux millions de salariés. En Europe, seule l'Estonie a un taux de syndicalisation plus faible, d'après les chiffres de l'OCDE. 

{% embed infogram taux_syndicalisation_ocde" style="color:#acacac;text-decoration:none;"> Taux syndicalisation OCDE | Create your own infographics %} Comme l'affirme Nathalie Kosciusko-Morizet, la France compte également une forte concentration d'organisations syndicales. D'après la base de données de l'Institut des études du travail de l'Université d'Amsterdam, la France compte sept grandes confédérations syndicales, c'est autant qu'en Italie et plus qu'ailleurs en Europe. 

Les limites des comparaisons internationales

L'histoire et la culture syndicale est très variable selon les pays. Là où le nombre de syndiqués est le plus important ont adopté le "système de Gand", où l'appartenance à un syndicat conditionne l'accès à des politiques publiques, comme l'assurance chômage, voire l'assurance-maladie. Les salariés ont donc plutôt intérêt à adhérer à un syndicat. 

En France par contre, les négociations menées par les syndicats s'étendent, la plupart du temps, à l'ensemble des salariés, syndiqués ou non. C'est ce qui explique que la très grande majorité des travailleurs ont des conventions collectives : 93% en 2008 contre 56% en moyenne dans les pays de l'OCDE.

Forte présence syndicale dans les entreprises

Si la France se démarque par un faible taux de syndiqués, cela ne veut pas dire que les organisations syndicales sont absentes des entreprises. La présence syndicale s'est même accentuée ces dernières années. "En 2005, 56% des salariés déclaraient qu'un ou plusieurs syndicats étaient présents dans leur entreprise ou administration, contre 50,3% en 1996", d'après une note du Trésor publiée l'an dernier. Au niveau européen, la France pointe à la 10e place de la présence syndicale en enteprise. 

Sources

La syndicalisation en France : paradoxes, enjeux et perspectives; Trésor-Eco mai 2014

Base de donnée sur les caractéristiques des syndicats 1960-2012, Université d'Amsterdam, avril 2013

Le paradoxe du syndicalisme français : un faible nombre d'adhérents, mais des syndicats bien implantés, Dares 2008

 

Vous êtes à nouveau en ligne