Le vrai du faux. Non, les comptes de la Sécu ne sont pas excédentaires de 9 milliards d'euros

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les comptes de la Sécu, excédentaires de 9 milliards d’euros selon un document mensonger.

Depuis mardi 24 octobre, l'Assemblée nationale planche sur le projet de loi de financement de la Sécu, avec 57 articles, un millier d'amendements et l'objectif de réduire le déficit de la Sécurité sociale à un peu plus de deux milliards l'an prochain. Sauf qu’en parallèle, un document circule sur Facebook et Twitter. On y lit qu'en fait, si le gouvernement faisait correctement son boulot, on compterait aujourd’hui un excédent de 9 milliards d’euros.      

Pourquoi, selon ce texte ? Parce que l'Etat arnaque la Sécurité sociale en lui promettant de l'argent qu'elle ne touche jamais. Et le document de citer sept exemples. La Sécu perdrait ainsi 7,8 milliards d’euros parce que la taxe sur le tabac qui lui est destinée ne lui ait pas versée. Sans compter les 3,5 milliards de manque à gagner sur la taxe sur l'alcool ou encore 1,2 milliard perdu par la Sécurité sociale sur la taxe sur les industries polluantes, etc. Le document, passée cette énumération de manque à gagner, conclut à un "trou de la Sécu" fictif.

C’est faux. Il s'agit d'une intox, et pas de première fraîcheur, qui plus est. La Sécurité sociale l'a d’ailleurs démontée elle-même sur son site internet... en 2011. En effet, cette histoire de soi-disant arnaque du gouvernement tourne au moins depuis 2008 et continue de refaire surface régulièrement. Reprenons les exemples cités. Sur le tabac, l’exemple est faux puisque la Sécurité sociale récupère l’intégralité de la taxe. 11,8 milliards d'euros l'an dernier ont été à ce titre reversés à la branche maladie. Sur l'alcool ? Faux également : l'ensemble des taxes sur l'alcool finissent bien dans les caisses de la Sécu... ou plutôt pour être précis à la mutuelle sociale agricole. Quid de la taxe des industries polluantes, qui ne serait pas versée non plus à la Sécu, d'après notre texte ? Là, l’affirmation est vraie : pas un centime de cette taxe ne finance la Sécurité sociale. Ne crions pas trop vite au scandale : depuis 2005, cette taxe n'est pas destinée à financer la Sécu, mais l'Ademe, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie.

En résumé : ce document est donc un tissu de mensonges… tandis que le "trou de la Sécu", lui, malheureusement, est bien réel.