VRAI OU FAKE Le vrai du faux. Non, le dodo n'est (toujours) pas réapparu à la Réunion

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. L'énième faux retour du dodo.

Plus de 300 ans qu'on ne l'avait pas vu. On le pensait même totalement disparu mais le dodo, ce gros pigeon incapable de voler qui peuplait l'île Maurice avant d'être massacré par les hommes, aurait fait une apparition sur l'île de La Réunion d'après une vidéo massivement partagée sur Facebook ces derniers jours.

Le recyclage d'un recyclage d'un fake

Ce "reportage" est en fait une mise en scène concoctée par nos confrères de Réunion la 1ère  pour le 1er avril 2015. Les images du soit-disant dodo filmé de nuit en début de vidéo viennent en fait d'un fake créé en 2015. Il s'agissait d'une opération de communication en ligne pour le compte de Alternativa Terrazul. Cette ONG brésilienne entendait ainsi sensibiliser sur le sort des espèces animales en voie de disparition. D'après l'agence NBS, créateur de cette campagne numérique, la vidéo a été regardée par plus de 7,5 millions de personnes.

Trois utilisations typiques des fausses informations sur les réseaux sociaux

Ce que montre d'abord cette histoire de dodo, c'est que les "fakes" ne meurent presque jamais sur les réseaux sociaux. Ils sont constamment recyclés et réapparaissent plusieurs mois voire plusieurs années après leur première publication (à l'image du faux appel au don pour sauver une petite fille au CHU de Nantes).

Par ailleurs, ces images illustrent parfaitement trois utilisations classiques des détournements ou des manipulations en ligne : 

- De plus en plus d'ONG ou d'entreprises font appel à des agences de communication en ligne pour créer de faux contenu avec un fort potentiel viral. Les auteurs attendent ensuite que le contenu devienne très populaire avant de révéler la supercherie et faire passer leur véritable message (comme cette fausse vidéo de manchots publiée par WWF Suisse début avril).

La vidéo a ensuite été recyclée quelques jours plus tard par des journalistes pour créer un faux reportage dans le cadre d'un traditionnel canular du 1er avril. Il s'agit donc là de faire de l'humour avec une fausse information, grand classique des réseaux sociaux. 

- Quelques mois plus tard, une page Facebook spécialisée dans la publication de belles images et de vidéos impressionnantes réutilise les images du dodo en omettant d'évoquer son origine. Résultat, des dizaines de milliers de personnes tombent dans le panneau du "ça paraît incroyable donc ça doit être vrai." Ce qui permet au passage à la page Facebook en question d'augmenter son nombre d'abonnés et donc sa popularité.

Vous êtes à nouveau en ligne