VRAI OU FAKE Le vrai du faux. Non, la France n'est pas trop généreuse avec ses chômeurs

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Antoine Krempf passe au crible des faits repérés dans les médias et les réseaux sociaux. Aujourd'hui, les déclarations du candidat à la présidence du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux qui affirme notamment que la France a la durée d'indemnisation chômage la plus longue d'Europe.

À écouter le candidat à la présidence du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, la France serait trop généreuse avec ses chômeurs. Alors que l'élection pour la présidence du syndicat patronal aura lieu mardi 3 juillet, le prétendant a déclaré vendredi sur RTL : "On a le système d'assurance chômage le plus long en terme de durée d'indemnisation - 24 mois quelques fois 36 - et le plus généreux. Comparé aux autres pays d'Europe, on est les seuls à avoir un système aussi long et aussi généreux."

Sauf que comparer globalement les assurances chômage d'un pays à l'autre pour faire un classement de générosité, c'est risqué. D'abord parce que l'accompagnement des chômeurs, ce n'est pas uniquement l'allocation versée chaque mois. Cela inclut aussi des dispositifs d'insertion ou des aides sociales et chaque pays à son propre système. Par ailleurs, juste une question théorique : si un pays indemnise pendant deux ans un chômeur avec une allocation très faible, est ce que c'est plus ou moins généreux qu'un pays qui indemnise six mois, mais avec une allocation élevée ? Pas facile de répondre à ça.

C'est faux. En France, l'indemnisation pour un chômeur dure entre quatre mois et deux ans pour les moins de 50 ans et jusqu'à deux ans et demi au-delà de 50 ans. On fait effectivement partie des pays avec une durée importante d'indemnisation, mais on n'est pas les seuls. Cela peut aller jusqu'à deux ans également en Espagne, en Allemagne ou au Danemark. Aux Pays Bas, pour l'instant, c'est deux ans et demi. En Belgique, après deux ans d'une indemnité dégressive, les chômeurs touchent une allocation en principe illimitée dans le temps.

Pas la plus généreuse sur les montants versés aux chômeurs

Pour s'en rendre compte, il faut regarder la part que touche un chômeur par rapport à son ancien salaire. Résultat : en début de période d'indemnisation et après impôts, c'est 67% de l'ancien salaire en France, au même niveau que la Belgique, l'Allemagne ou l'Italie et très en dessous du Luxembourg ou du Danemark.

Enfin, dernière remarque, ce sont des règles théoriques. En pratique, environ la moitié des demandeurs d'emploi en France ne sont pas indemnisés. Parmi ceux qui le sont, 7 sur 10 ne le seront plus dans moins d'un an.

Vous êtes à nouveau en ligne