Le tueur de Magnanville "n'est pas allé au bout de sa peine" ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Selon Marion Maréchal-Le Pen, Larossi Abballa, le tueur du couple de policiers de Magnanville, avait déjà été condamné avant le drame et "n'était pas allé au bout de sa peine". C'est faux.

La députée Front national du Vaucluse, invitée de France Info vendredi matin, a fait cette déclaration sur le meurtrier du couple de policiers à Magnanville, Larossi Abballa : “Cet homme, je le rappelle, avait quand même été condamné pour complicité de terrorisme en 2014. Il n’est encore une fois pas allé au bout de peine à cause d’un système pénal laxiste ". C'est faux. C’est un argument qui revient régulièrement dans la bouches de nombreux politiques, et notamment du FN, qui mettent ainsi en cause le système judiciaire français.

Déjà, petite erreur, Larossi Abballa n’a pas été condamné en 2014, mais en 2013, le 30 septembre précisément. François Molins, le procureur de la République de Paris, l’a rappelé lors d’une conférence de presse après le drame. Larossi Abballa a écopé d’une peine de trois ans, dont six mois avec sursis, pour participation à une filière djihadiste entre la France et le Pakistan. Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris.

Détention proviroire

Effectivement, il est sorti libre du tribunal, juste après sa condamnation. Mais ce n’est pas une preuve du laxisme du système judiciaire français contrairement à ce qu’affirme Marion Maréchal-Le Pen. S’il est sorti tout de suite après son jugement, c'est parce qu’il avait déjà purgé sa peine justement. Il l’avait purgé en détention provisoire depuis le 14 mai 2011. Mai 2011-septembre 2013, ça fait bien deux ans et demi, les six mois restant étant le sursis de sa peine. La durée de sa condamnation couvrait la durée de sa détention provisoire.

Il y avait déjà eu les mêmes accusations contre la justice avec Amedy Coulibaly, le tueur de Montrouge et de l’Hyper Cacher. Cette fois c’était Marine Le Pen, le 12 janvier 2015 sur i-Télé. La présidente du FN avait déclaré qu'Amedy Coulibaly avait été condamné à cinq ans de prison, mais "que quelques mois plus tard, il était dehors ".

C’est également faux. C’est exactement la même chose, Amedy Coulibaly avait été condamné en décembre 2013 et libéré en mars 2014/ Sauf qu’il était incarcéré depuis mai 2010, là aussi en détention provisoire.

Vous êtes à nouveau en ligne