Le ministre des Transports dit-il vrai sur l'épisode de neige "historique" ?

"Depuis 1970, nous n'avons pas connu pareille situation d'importance de précipitations, de vent et de formation de congères", explique Frédéric Cuvillier pour justifier le chaos de ces derniers jours sur la route et les rails. Vrai ou Faux ?

C'est vrai !

Il faut encore attendre les remontées du terrain pour avoir une idée bien précise de l'ampleur de ce qu'il s'est passé ces dernières heures. Mais déjà, d'après François Gourand, prévisionniste à Météo France, certaines zones du Nord-Ouest ont effectivement connu une situation inédite depuis près de 45 ans.

"Il faut remonter à mars 1970 pour retrouver sur ces régions un épisode comparable. On a eu des fortes chutes de neige mais le facteur aggravant a été le vent qui a généré d'importantes congères. Cela a concerné une zone allant de la Basse-Normandie à la Picardie, une étendue exceptionnelle"

Frédéric Cuvillier, le ministre des Transports, a raison. Mais ce n'est pas forcément une surprise. Aller chercher dans les annales de la météo, c'est un grand classique pour les ministres confrontés aux conséquences chaotiques d'un épisode de neige. C'était par exemple l'un des arguments avancé sur France Info par Brice Hortefeux. Nous somme en décembre 2010, des milliers de personnes ont passé la nuit dans leurs voitures.

"Exceptionnel ", "historique ", "du jamais vu depuis des années ". Une façon sans doute de montrer que le gouvernement a fait ce qu'il a pu mais que la nature est décidément imprévisible, même si Météo France parvient de plus en plus à alerter en amont de l'ampleur d'un phénomène météo. 

"On gagne à peu près une journée de prévisibilité tous les dix ans. Mais cela veut quand même dire que pour un événement de la sorte, il faudra peut-être attendre dix ans pour le voir aussi bien 48 heures à l'avance."

D'après les calculs de Météo France, en 2010, 87% des vigilances rouges et orange lancées trois heures avant l'épisode étaient justifiées.

Vous êtes à nouveau en ligne