"La réforme des rythmes scolaires, c'est entre 210 et 240 euros par élève"

Voilà ce qu'assure la maire de Morlaix et vice-présidente de l'association des maires de France. Agnès Le Brun est dans la bonne fourchette mais devrait préciser qu'il s'agit d'un coût hors aides d'Etat et de la Caf.

D'après la dernière enquête menée par la caisse d'allocation familiale et l'association des maires de France, la mise en place des activités périscolaires pour les enfants pendant les trois heures liés la réforme des rythmes scolaires coûte en moyenne 223 euros par an. Agnès Le Brun est donc dans la bonne fourchette. Mais cette moyenne cache en fait des situations très variables d'une commune à l'autre. Pour un tiers des villes qui ont répondu à l'enquête, la facture monte à 250 euros par élève, quand la moitié annonce moins de 200 euros.

Ensuite, il s'agit d'un montant brut, c'est-à-dire sans les aides de l'Etat : 90 euros pour les communes en difficulté et 50 pour les autres. C'est sans compter également le coup de main, sous certains critères, de la Caisse d'allocation familiale. Une aide de la Caf qui représente en moyenne un peu moins du quart de la facture globale.

Malgré cette aide ne couvre donc pas tout. Toujours d'après l'étude de l'AMF et la CAF, un gros quart des communes font payer les activités périscolaires aux parents, surtout dans les grandes villes. Et parmi les payants, la plupart font payer la même somme pour toutes les familles, de l'ordre d'1,10 euro l'heure d'accueil périscolaire. Pour les autres, çan dépend des revenus et de la situation des parents.

Vous êtes à nouveau en ligne