"La France est l'un des seuls pays de l'OCDE où les inégalités baissent" ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

Voilà en tout cas ce qu'affirme Stéphane Le Foll. Mais le porte-parole du gouvernement et ministre de l'Agriculture exagère largement.

Pour comparer les inégalités entre riches et pauvres, l'OCDE regarde ce qu'on appelle l'indice de Gini. En l'occurrence, cet indice a effectivement baissé en France pour l'année 2013 par rapport à 2011.

Mais la France n'est pas l'un des seuls pays dans ce cas, contrairement à ce qu'affirme Stéphane Le Foll. C'était le cas dans une petite moitié des 30 pays de l'OCDE étudiés. Une douzaine d'entre eux ont d'ailleurs connu une baisse plus importante que celle de la France sur la période. 

Un peu moins d'inégalités, mais pas moins de pauvreté

Il faut donc relativiser ce qu'affirme le porte-parole du gouvernement. D'autant que si les inégalités ont donc plutôt tendance à baisser, ce n'est pas le cas de la pauvreté. Le taux se stabilise en France depuis 2012 autour de 14%, après avoir explosé suite à la crise de 2008.

Et ça s'explique d'abord par le fait que les revenus des plus modestes n'augmentent pas vraiment à cause du chômage et des emplois instables qui se développent de plus en plus. D'après l'OCDE, un CDD a temps plein gagne 25% de moins qu'un CDI à temps plein.

Mais surtout, d'après l'Insee, les inégalités diminuent surtout par le haut et non par le bas. En clair, ce sont les plus aisés qui ont perdu du niveau de vie, essentiellement parce que les revenus du patrimoine ont chuté, mais aussi parce qu'ils sont plus touchés par les impôts.